Toute l'actualite de la finance et de la gestion du patrimoine en France

❌
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 28 mars 2020Vos flux RSS

Rendez-vous le mardi 31 mars pour la 1ère conférence virtuelle du « Cercle des managers de l’immobilier »

Par jda

La situation que nous vivons est dramatique pour notre nation et pour notre économie. Comment l’aurions-nous prévue ? Nous pouvions nous attendre à une crise boursière, à une crise immobilière, mais à une crise sanitaire ?

Nos habitudes vont changer, nos valeurs mêmes peut-être, nos professions vont évoluer, mais vers quoi ? Les acteurs du marché, managers d’aujourd’hui et demain, devons connaître et identifier les impacts de cette crise sur leurs professions.

C’est pour cela qu’Emily Jousset, Présidente du pôle Ile-de-France et Grand Paris de l’UNIS, et Benjamin Darmouni, Organisateur, Président délégué du pôle IDF et Grand Paris de l’UNI,  voulu créer le « Cercle des Managers de l’Immobilier » et y organiser la 1ère conférence virtuelle. Elle permettra d’analyser l’état du secteur et d’apporter les réponses aux questions qu’ils se posent.

Qui seront les intervenants ?

  • Mickaël Nogal : Député, coordinateur et porte-parole de la majorité parlementaire en charge du suivi des conséquences de la crise sur l’économie et les entreprises
  • Jean-François Humbert : Président du Conseil supérieur du Notariat
  • Henry Buzy-Cazaux : Président de l’IMSI
  • Pascaline Dechelette-tolot : Avocate associée chez LPA-CGR
  • Olivier Safar : Président Commission Copropriété de l’UNIS
  • Gilles Fremont : Président de L’ANGC

Pour participer, c’est simple il suffit de cliquer sur ce lien et s’enregistrer : https://zoom.us/webinar/register/WN_5CXdOFE5RhmmsKIIERo2aQ.

Cet article Rendez-vous le mardi 31 mars pour la 1ère conférence virtuelle du « Cercle des managers de l’immobilier » est apparu en premier sur Journal de l'Agence.

La Fondation l’Adresse lance une plateforme gratuite de mise à disposition de logements pour le personnel soignant

Par jda

En cette période de crise sanitaire, l’heure est plus que jamais au soutien et à la solidarité. Désireuse d’apporter son aide au personnel soignant dans sa mission de santé publique, la Fondation l’Adresse, sous égide de la Fondation de France, se mobilise et lance ce jour la plateforme fondationladresse.org qui permet, en quelques clics, de proposer son bien immobilier ou de signaler son besoin d’un logement meublé à proximité des hôpitaux.

Que vous soyez propriétaire d’un bien immobilier meublé inoccupé proche d’un hôpital que vous pouvez mettre à disposition gratuitement ou un membre du personnel soignant désireux de vous rapprocher de votre lieu de travail et/ou vous isoler de vous proches afin de ne pas risquer de les contaminer, le site www.fondationladresse.org, sécurisé et entièrement gratuit, est à votre disposition.

Un formulaire pour chaque demande

Une fois sur le site, deux formulaires d’informations sécurisés et gratuits s’offrent à vous :

  • « Je propose un bien meublé vacant proche d’un hôpital » si vous êtes propriétaire,
  • « Je recherche un bien à proximité de mon hôpital », si vous êtes un professionnel de santé.

Une fois le questionnaire rempli, la Fondation l’Adresse revient vers vous dans les plus brefs délais.

« Au vue de la crise sanitaire que nous rencontrons actuellement, il était inconcevable pour nous de ne pas agir. Etant spécialiste de l’immobilier, il est apparu évident à la Fondation l’Adresse de mettre à disposition son savoir-faire et ses contacts au profit de ceux qui en ont le plus besoin actuellement, nos héros du quotidien que sont les membres du personnel de santé » explique Béatrice Favat-Poinsot, Présidente de la Fondation l’Adresse.

Cet article La Fondation l’Adresse lance une plateforme gratuite de mise à disposition de logements pour le personnel soignant est apparu en premier sur Journal de l'Agence.

« Baromètre LPI-SeLoger mars 2020, retrouvez les dernières tendances des prix avant les effets de la crise du COVID-19 », Michel Mouillart

Par Michel Mouillart

 Renforcement de la hausse des prix dans l’ancien

Depuis décembre 2019, la pression de la demande s’allège sur le marché de l’ancien. Et pourtant, la hausse des prix se renforce. En février, les prix signés (mesurés en niveau annuel glissant) ont augmenté de 5.2 % sur un an, contre + 3.5 % il y a un an à la même époque. Une progression aussi rapide des prix ne s’était pas observée depuis le début de l’année 2012. Et le renforcement de la hausse des prix se constate autant sur le marché des maisons que sur celui des appartements.

Sur le marché des maisons, l’augmentation des prix signés a été de 6.0 % en février, contre + 3.6 % il y a un an. Certes, un moindre renouvellement de l’offre entretient les tensions sur les prix : car si la demande recule en réponse aux difficultés de financement de l’accession à la propriété (les mesures imposées aux établissements de crédit par la Banque de France), l’offre nouvelle se réduit aussi avec la baisse des reventes. Et l’éventuelle adaptation des ambitions des vendeurs à cette nouvelle donne n’y change rien. En effet, la sortie des ménages jeunes et modestes du marché déplace mécaniquement la courbe des prix vers des valeurs plus élevées.

Sur le marché des appartements, l’évolution est comparable même si la hausse des prix est toujours moins rapide que sur celui des maisons : avec + 4.7 % en février, contre + 3.4 % il y a un an. D’ailleurs, l’accélération de la hausse se constate dans la plupart des grandes villes où les déséquilibres de marché perdurent.

Augmentation générale des prix dans le neuf

Depuis près d’un an, le rythme d’augmentation des prix des logements neufs se redresse. En février 2020, l’augmentation des prix a été de 3.0 % sur un an, contre + 2.0 % il y a un an à la même époque. Et à partir de l’automne dernier, la hausse s’est renforcée, aussi bien sur le marché des maisons que sur celui des appartements : par exemple, les prix des maisons mesurés en niveau trimestriel glissant ont progressé de 3.3 % sur un an en février, alors qu’ils reculaient de 0.4 % il y a un an.

Néanmoins, la hausse reste la plus rapide sur le marché des appartements, avec + 3.3 % sur un an (+ 2.2 % en février 2019). La bonne tenue des ventes s’est en effet accompagnée du maintien des tensions sur les prix, en réponse au renchérissement du coût du foncier négocié par de nombreux promoteurs.

Pourtant, le rythme de progression des prix des maisons individuelles se redresse (+ 1.4 % sur un an) en dépit d’un nouveau recul des ventes.

Augmentation des prix dans les grandes villes de Province

La hausse des prix des appartements anciens reste vive dans de nombreuses villes de plus de 100 000 habitants. C’est sur Villeurbanne que la progression est la plus rapide (+ 13.9 % sur un an) confirmant le constat qui se renforce depuis l’automne dernier. Certes, l’évolution des prix est toujours rapide sur Lyon (+ 8.9 %) : mais le niveau des prix qui sont constatés en fait la ville la plus chère de Province, loin devant Bordeaux (près de 9 % de moins que Lyon) ou Nice (près de 19 % de moins) qui est pourtant en 3ème place. Aussi la demande qui auparavant aurait pu acheter dans Lyon se déplace vers Villeurbanne.

En revanche, la baisse des prix se poursuit sur Bordeaux (- 1.3 % sur un an) en raison de niveaux qui ont provoqué la fermeture du marché : durant l’envol du marché bordelais, l’achat était devenu impossible pour les ménages modestes ; après la hausse, l’accès s’est aussi refermé pour les acheteurs aux revenus moyens. La demande s’est déplacée sur les villes environnantes (Mérignac, Pessac, …) où les prix sont de 25 % inférieurs à ceux de Bordeaux. Un constat qui se retrouve ailleurs : comme à Lille où la hausse reste modérée (+ 4.8 %) et les prix plus accessibles que dans la plupart des grandes métropoles, alors que la demande se déplace sur Villeneuve-d’Ascq ou sur Roubaix où les prix sont de 30 % inférieurs et où les hausses de prix se renforcent, avec des augmentations à 2 chiffres.

La hausse des prix est toujours soutenue dans la plupart des grandes villes de l’Ouest. Et elle s’établit autour de 10 % sur un an à Metz et à Mulhouse qui jusqu’à l’été 2019 n’avaient pas connu de pression inflationniste. Alors que sur Marseille (+ 7.1 %), la remontée des prix constatée depuis la fin de l’été dernier tranche maintenant avec la modestie des évolutions observées par le passé.

Un marché de l’ancien déstabilisé

Dès le mois de décembre dernier, la demande a commencé à fléchir : les incertitudes nées de la réforme des retraites et le durcissement des conditions d’octroi des crédits voulu par la Banque de France ont progressivement écarté du marché les candidats à l’achat d’un logement ancien. En outre, beaucoup d’établissements avaient choisi d’adapter avec quelques semaines d’avance leurs offres commerciales aux nouvelles exigences formulées par les autorités de contrôle des banques.

Et depuis le début de l’année, l’activité du marché de l’ancien recule. En février, le nombre de compromis signés baisse de 4.2 % sur un an (en niveau trimestriel glissant) : en outre, le repli s’est amplifié au cours des deux derniers mois, avec – 7.5 % sur janvier et février (en glissement annuel). La perte de dynamisme d’une offre de crédits contrainte par les décisions de la Banque de France explique cela : le nombre de prêts à l’ancien accordés au cours des trois derniers mois a baissé de 7.8 %, d’après l’Observatoire Crédits Logement/CSA.

La contraction de la demande devrait alors se renforcer d’ici l’été : outre la réduction des offres bancaires en cours depuis la fin de l’année dernière, les conséquences de la pandémie du Covid-19 seront importantes.. La récession économique qui s’avance, l’impact sur le pouvoir d’achat et le moral des ménages, … tout va peser sur le marché de l’ancien.

Des marges de négociation au plus bas

En février 2020, France entière, la marge de négociation s’est établie à 4.0 %, en moyenne : 3.3 % pour les appartements et 4.6 % pour les maisons.

Les marges restent donc au plus bas, à des niveaux jamais observés par le passé. Comparées à leur moyenne de longue période, elles se sont inférieures de près de 15 % sur le marché des maisons et de plus de 25 % sur celui des appartements.

Sur les marchés des grandes agglomérations où l’offre de biens disponibles à la vente est structurellement insuffisante, le fléchissement de la demande ne paraît pas encore suffisant aux vendeurs pour qu’ils révisent leurs ambitions en termes de prix. Ailleurs, même si les difficultés d’accès au crédit contribuent à l’affaiblissement de la demande et au dérèglement du marché, les acheteurs préfèrent toujours renoncer à leur pouvoir de négociation des prix affichés dans un contexte de raréfaction de l’offre associé à une moindre mobilité des ménages.

Recul des ventes dans 60 % des régions

Dans plus de 60 % des régions, les ventes reculent à un rythme qui se renforce depuis le début de l’année.

Le repli de l’activité est de l’ordre de 10 % lorsque la hausse des prix qui se poursuit contrarie la réalisation des projets de ménages confrontés au durcissement des conditions d’octroi des prêts : cela se constate en Aquitaine, en Bretagne, en Languedoc-Roussillon et en Midi-Pyrénées. Mais aussi dans le Nord-Pas de Calais, dans les Pays de la Loire ou en Poitou-Charentes, même si la pression sur les prix y est encore moins forte.

Dans d’autres régions où le marché a bénéficié jusqu’à la fin de 2019 d’une bonne tenue de l’accession à la propriété rendue possible par le dynamisme de l’offre bancaire, le recul des ventes n’est encore que de 5 % : dans le Centre, en Haute Normandie, en PACA, en Picardie et en Rhône-Alpes. Et parfois, l’activité réussit à se stabiliser (Basse Normandie et Lorraine).

Ailleurs l’activité augmente encore. Notamment dans les régions où les prix n’ont que lentement augmenté au cours des dernières années (Auvergne, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche Comté et Limousin) : le relèvement des taux d’apport personnel exigés par les banques est moins pénalisant pour la demande.

Persistance des écarts de prix entre les métropoles

Entre les métropoles les moins chères (Brest, Grand Nancy ou Rouen Normandie) et celle du Grand Paris, l’écart de prix est de 1 à 3.5 pour les appartements anciens. En revanche, il se réduit sensiblement, de 1 à 2, si la comparaison se fait avec les métropoles de Bordeaux, Lyon et Nice. Les différences de prix sont bien sûr à l’image du potentiel de développement économique des territoires et des niveaux de revenus des ménages résidants. Elles expriment aussi la rareté des biens disponibles dans le centre des métropoles, leur qualité et/ou les services qui leur sont associés (transports, équipements publics, commerces, …), comme cela se constate par ailleurs sur le niveau des prix pratiqués. Néanmoins, elles ne reflètent pas toujours la qualité de vie constatée sur chacun des territoires (tranquillité, proximité de la nature, cadre de vie urbain et paysager, …). La prise en compte de l’attractivité territoriale qui tient compte de l’environnement et du cadre de vie est de nature à modifier le constat.

En général, les prix sont plus élevés dans la ville-centre que sur le reste de la métropole. La surcote de la ville-centre est la plus forte pour Paris (30 % pour les appartements et 50 % pour les maisons). Puis viennent Bordeaux, Lyon et Rouen (20 % pour les appartements et les maisons), exprimant encore une forte attractivité de l’espace central. Sur Nantes, Strasbourg ou Toulouse, la surcote se situe entre 10 % pour les appartements et 20 % pour les maisons, exprimant encore une bonne attractivité de l’espace central. Alors qu’avec moins de 10 % d’écart, Lille et Nancy présentent un espace métropolitain apparemment plus homogène.

En revanche, la ville-centre reste moins chère que le reste de la métropole à Brest (voire à Marseille et à Montpellier pour les seuls appartements) : la demande qui y exprime ses préférences pour un habitat en maison individuelle (versus l’habitat collectif) cherche à s’éloigner de la ville-centre.

 

 

Cet article « Baromètre LPI-SeLoger mars 2020, retrouvez les dernières tendances des prix avant les effets de la crise du COVID-19 », Michel Mouillart est apparu en premier sur Journal de l'Agence.

[Infographie] Prix de l’immobilier à La Rochelle

La Préfecture de Charente-Maritime ne compte que 75 000 habitants, mais constitue une véritable porte océane. Cette ville millénaire continue à attirer touristes et résidents et voit, de ce fait, le prix de l’immobilier progresser d’année en année. Évolution des prix et comparaison entre les quartiers et entre villes voisines.

Coronavirus : les précautions à adopter dans un immeuble

Si vous avez la chance de ne compter au sein de votre famille aucun contaminé par le coronavirus, vous devez vous montrer très prudent lorsque vous sortez. Adoptez les bons gestes pour écarter tout danger.

Avec le confinement, les particuliers se mettent à boursicoter

Par Gabriel Nedelec
Les courtiers en ligne constatent une vague de nouveaux venus sur les marchés financiers. Attirés par la chute des Bourses, ils pensent déceler des opportunités. Mais attention aux risques.

Refus des Coronabonds par l’Allemagne : « L’UE ne marche pas, et est une vaste blague « 

Par Olivier Delamarche

Entretien du 27/3/2020 avec Olivier Delamarche, économiste, membre fondateur des Econoclastes, animateur de l’émission C’est Ca$h sur RT France. Il analyse les conséquences du refus des «Coronabonds» par l’Allemagne et dénonce l’inexistence du couple franco-allemand dans la crise du coronavirus. Certains pays refusant de mutualiser les dettes, il estime que cette absence de solidarité pourrait pousser certains à prendre conscience de la vacuité du projet européen, voué selon lui à l’échec.

L’article Refus des Coronabonds par l’Allemagne : « L’UE ne marche pas, et est une vaste blague «  est apparu en premier sur Les Econoclastes.

Coronavirus – économie :  » l’union européenne, c’est un truc qui n’existe pas « 

Par Olivier Delamarche

Entretien du 23/03/2020 avec Olivier Delamarche, économiste. Selon le FMI, la récession due au coronavirus pourrait être pire que la crise financière de 2008. Il revient sur cette déclaration et sur les conséquences de la crise économique liée à la pandémie de Covid-19. Il ajoute que cette crise a permis de voir qu’«il n’y avait pas d’Europe».

L’article Coronavirus – économie :  » l’union européenne, c’est un truc qui n’existe pas «  est apparu en premier sur Les Econoclastes.

Coronavirus : où placer à moindres risques ? Liste des placements refuges

Par Denis Lapalus
La pandémie COVID-19 bouscule la donne sur les placements. La crise économique débutant avec cette crise sanitaire sans précédent pousse les épargnants à revoir leur stratégie de placements. Quels sont les placements refuges à privilégier ?

OR : vers la fin du marché de l'or papier ? Les livraisons d'or physique stoppées.

Par FranceTransactions.com
Si l'or physique peut-être pour certain une valeur refuge, l'or papier, ces différents produits financiers dont le sous-jacent est l'or n'en sont absolument pas. Ces produits voient du reste leur cotation perturbées par les mesures de confinement, les livraisons physiques en OR étant stoppées.

Sans surprise, le CAC40 s'effondre de nouveau vendredi (-4.23%), après ces dernières hausses irrationnelles

Par FranceTransactions.com (avec AFP)
La Bourse de Paris a logiquement rebasculé dans le rouge (-4,23%) vendredi, mettant fin à trois séances de net rebond à la veille d'un week-end test pour la propagation de l'épidémie de coronavirus en Europe, où un pic pourrait être atteint en Italie.

Cette société fait entrer l’art dans les projets immobiliers

EN IMAGES - Une galeriste et une spécialiste de l’immobilier se sont associées pour accompagner l’installation d’œuvres d’art dans des centres commerciaux ou des ensembles résidentiels.

Coronavirus : le Canada porte son plan d'aide à plus de 200 milliards

Le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé vendredi de nouvelles mesures de soutien à l'économie canadienne, doublant pratiquement le montant du...
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Il n’y a pas de planète B…

Par Frédéric Tixier

Dans une tribune publiée le 25 mars, Xavier Lépine, président du directoire du groupe La Française, livre son analyse sur les conséquences de la crise du coronavirus. A court terme, mais aussi à plus long terme. Il prédit notamment la fin du modèle de l’ultra-mondialisation. Et d’importants changements dans l’immobilier tertiaire… Une crise sanitaire mondiale […]

L’article Il n’y a pas de planète B… est apparu en premier sur Pierrepapier.fr.

Marchés américains : Coup d'arrêt à Wall St après trois séances de hausse

Le Dow a cédé 4,06%, le S&P 500 -3,37% et le Nasdaq -3,79%. Les trois indices finissent la semaine en vive hausse. Les marchés attendent la réponse politique.

Coronavirus : la BCE demande aux banques de ne pas verser de dividendes

Par Thibaut Madelin
La Banque centrale européenne demande aux banques de la zone euro de ne pas verser de dividende jusqu'au « 1er octobre 2020 au moins ». 

Le Coronavirus force les banques à reporter leurs plans de réduction d'effectifs

Par Alexandre Counis
De nombreuses banques en Europe et aux Etats-Unis ont annoncé ces derniers jours remettre à plus tard leurs projets de restructuration. Elles veulent éviter d'apparaître comme une partie du problème et font profil bas, aidées par les banques centrales et les gouvernements pour prêter aux ménages et aux entreprises.

Coronavirus : les régulateurs reportent la réforme bancaire de Bâle 3 au niveau mondial

Par Edouard Lederer
Les autorités financières ont décidé de décaler d'un an l'entrée en vigueur de la réforme prudentielle de « Bâle 3 ». Une façon de laisser les banques se concentrer sur la crise du coronavirus. Et de renforcer la pression alors que la BCE leur demande de reporter le versement de dividendes à l'automne.

Le krach boursier fragilise les activités de trading des banques d'investissement

Par Anne Drif
La banque néerlandaise ABN Amro a annoncé une perte de 200 millions de dollars liée à un client exposé à des produits dérivés aux Etats-Unis.
❌