Toute l'actualite de la finance et de la gestion du patrimoine en France

❌
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 23 juin 2018Vos flux RSS

Immobilier marocain : les Français à la recherche de bonnes affaires

Après des années difficiles, le marché est en quête d’un nouvel équilibre. Le salon de l’immobilier marocain, qui se tient ce week-end à Paris, espère accueillir de nombreux visiteurs en quête d’un pied-à-terre.

78 le rapport de France Stratégie

Par Jacques Favier

A l’heure où plusieurs institutions n’ont pas encore lâché prise, que ce soit la BRI qui vient de publier tout un chapitre à charge contre les cryptomonnaies ou la Banque de France qui a multiplié durant tout le printemps des imprécations assez creuses, le rapport intitulé Les enjeux des Blockchains et publié par France Stratégie ouvre peut-être la saison des textes plus équilibrés et des propositions, même timides, qui pourraient engager la France dans autre chose qu'une impasse. Les mêmes experts, en gros, ayant ensuite « planché » devant les missions parlementaires ou l'équipe de Jean-Pierre Landau, on peut du moins l'espérer.

Publié sous la signature de la Professeur Joëlle Toledano (qui n’est pourtant pas à titre personnel une bitcoineuse fanatique !) avec le concours de plusieurs personnes, ce document mérite d’être d’abord salué pour son équilibre, quelles que soient les critiques que nous pouvons lui adresser à la marge.

le rapport toledanoDès les premières phrases, on sent que le texte est habile. Il fait, aux pudeurs encore de mise face au « sulfureux bitcoin », les concessions nécessaires pour être lisible même par les effarouchés. Sans leur celer cependant l’arbitraire des distinctions éculées entre la technologie et le jeton qui lui donne accès et la finance. Ni l’inanité de la réduction à « la blockchain » de ce qui est d’abord une technologie de consensus. Ni l’impasse où aboutissent très vite ceux qui se prennent à leurs propres mots. Ni le fait que les disruptions viennent rarement de l’intérieur des systèmes, financiers ou autres. Il reste cependant à nos yeux des points douteux qui auraient pu être critiqués, par exemple que la décentralisation et la désintermédiation soit vraiment et automatiquement facteur de baisse de coûts.

Le titre du second chapitre « Que faire du Bitcoin ? » est donc ironiquement ionescien (d’autant que Bitcoin, comme Amédée, grandit géométriquement). Le rapport ne cache ni que Bitcoin est « un petit peu l’argent liquide d’Internet » ni qu’il incarne « ce vieux rêve de l’internet, une monnaie électronique ».

Amédée

Notre ouvrage La Monnaie Acéphale y est abondamment cité, et pratiquement présenté comme une référence. Même si, comme les auteurs en sont présentés comme des propagandistes de Bitcoin, on suggère dans une note en page 21 que la présentation faite en dix pages la même année par Arvind Narayanan (assistant à Princeton) et Jeremy Clark (assistant à la Concordia Institute) est « plus académique ». Ce qui n’empêche pas dans la note placée juste en dessous de citer les Echos et même Vanity Fair

Mais ne refusons pas notre plaisir : le « sulfureux Bitcoin », comme le « grand méchant loup » est désormais intégré au récit dans une place centrale et n’est plus l’apanage des criminels mais le sujet d’étude d’une « communauté de passionnés d’origine diverse, où les spécialistes de l’informatique, de la cryptographie et de l’algorithmique côtoient ceux de la finance, de l’économie, du droit, de l’histoire ». Le Cercle du Coin, d’ailleurs bien représenté durant les auditions de France Stratégie, est décrit comme « probablement le plus emblématique » de cette passion.

A noter que la controverse écologique a le mérite de ne pas se centrer sur les chiffres extravagants de Digiconomist et que les dénonciations de la « bulle », quand bien même elles viennent de sommités, sont mises en regard de la valeur d’utilité (actuelle ou à terme) des jetons, même si on aurait pu souhaiter une réflexion plus profonde sur ce qui constitue leur valeur.

Le Chapitre 3 aborde la « trust machine », sans que le caractère infalsifiable de la blockchain soit réellement questionné. De ce fait la rubrique des usages « notariaux » laisse un peu sur le lecteur sur sa faim, celui sur « l’Internet de la valeur » paraissant plus séduisant, malgré la revue des difficultés qui n’en élude qu’une, celle qu’induit le frottement fiscal tant que les transactions entre deux jetons cryptos restent susceptibles de taxation même s’ils ne font pas apparaître de liquidité en monnaie légale. Et soudain, au détour d’un intertitre surgit « le retour au galop du bitcoin » certes assorti d’un point d’interrogation. Le lecteur se voit rappeler qu’en définitive, le jeton (précieux) est la clé de voûte du bâtiment où l’on longe tous ces rêves. Avec une mise en garde que nous pourrions signer des deux mains : « pour séparer le bon grain de l’ivraie et bénéficier des seuls effets souhaités des Blockchains, il ne suffira pas d’essayer d’interdire ou de contrôler le bitcoin » d’autant que, pour filer la métaphore, peu de bon grain monte vraiment en épi malgré l’enthousiasme des entrepreneurs et de leurs sponsors, pour un nombre de raisons assez élevé que le rapport liste opportunément.

Ayant pointé les difficultés qu’ont encore les cryptomonnaies à s’interfacer avec le monde réel (sans ajouter, comme nous nous le permettons ici, qu’une part de ces difficultés pourraient être aplanies par ceux-là mêmes qui les désignent comme des faiblesses) l’étude en vient au chapitre 4 à l’hésitation qui saisit les pouvoirs publics. Le cas de la Banque de France est une illustration saisissante et pour qui sait lire entre les lignes, la citation d’un texte de son Chief Economist donne une idée des contorsions et du vertige de l’institution : « Même dans le cas extrême et très improbable où de la monnaie digitale de banque centrale avec des attributs de dépôt serait émise et où le public l’adopterait massivement, le rôle des banques dans la distribution de crédit, bien que s’exerçant dans des conditions plus difficiles en raison d’une moindre information directe sur leur clientèle, ne devrait pas être gravement compromis ». Plus concrètement, la note pointe la convergence qui se fait jour autour d’une régulation raisonnable, qui donnerait notamment un cadre à ce qui doit en avoir un : la fiscalité (on regrettera que l’échantillon soit établi de manière à suggérer un taux de l’ordre de 25%, ce qui paraît douteusement compétitif) ou la comptabilité. Le rapport n’hésite pas même à souligner que « la relation avec les banques et le manque d’expertise des pouvoirs publics deviennent néfastes ». Dont acte.

La conclusion pointe un dilemme : « Deux scénarios sont envisageables : ou bien encadrer suffisamment les Blockchains existantes ; ou bien favoriser le développement de nouvelles infrastructures plus sécurisées. À ce jour, il est difficile de trancher le dilemme : le rapport recommande donc de mener de front les deux stratégies de ‘’maîtrise’’ des blockchains existantes et d’accompagnement de l’émergence de nouvelles solutions. ». On pourra regretter que, malgré la présence de nombreux scientifiques lors des auditions, le choix ne soit pas fait plus résolument en faveur de cette deuxième solution, surtout quand il existe des solutions françaises et des avantages compétitifs à la clé.

Les 7 recommandations qui forment le 5ème chapitre sont assez sensées même si certaines risquent (mais c’est la loi du genre) d’apparaître comme des vœux pieux. Quand on lit que l’on va « développer les usages des blockchains en s’appuyant sur un groupe à compétences transversales, à l’intérieur de l’État » on se dit qu’un inventaire de ce qui existe « à l’intérieur de l’Etat » pourrait amener quelques doutes, d’autant que le problème est cruellement mis en relief 3 pages plus loin. Quand on lit qu’il faut « définir et contrôler les règles de reporting applicables aux places de marché » on ne peut s’empêcher de songer que la surveillance des acteurs français ou opérant en France ne sera pas une tâche harassante. 
Au delà, c’est la légitimité même de l’Etat pour faire le job qui peut paraître relever d’un biais identitaire chez les rédacteurs du rapport, et d’un tropisme culturel proprement français. Que le laboratoire de réflexion sur les échanges centralisés soit structuré autour de la Caisse des Dépôts (fondée en 1816) et que la cellule d’accueil des startups soit logée chez un régulateur paraît tout naturel à nos élites. Nous pensons que ça ne l’est pas, du moins pas sans examen ni sans un profond aggiornamento numérique de l’Etat et de l’administration.

Le bitcoin à son plus bas niveau depuis six mois

Par Jean-Luc
– 10 % en 24 heures – 20 % en un mois – 56 % en six mois Le bitcoin s’affiche aujourd’hui autour de 5200€ sur les principales plateformes d’échange, son plus bas niveau depuis novembre 2017. Pour certains analystes cette baisse est la conséquence d’un avertissement adressé par les régulateurs japonais à six exchanges du … Continuer la lecture de Le bitcoin à son plus bas niveau depuis six mois
 
Source: Bitcoin.fr


Altaprofits booste son PEP

Dans cette logique, Altaprofits dote son Plan Epargne Populaire assurance, dont l'assureur est Generali Vie, d'une gestion pilotée. La gestion de ...

L'Etat doit sortir du capital d'Air France-KLM

En d'autres termes, l'Etat offre à Air France une assurance-vie permanente, qui l'extrait de la réalité concurrentielle et lui donne faussement le ...

Moins d'actions, plus de bons du Trésor américain

Les rendements ont été en hausse sur la plupart des classes d'actifs, particulièrement sur les titres à revenu fixe. Nous ne craignons pas une ...

SCPI ou immobilier en direct : quelle est la meilleure formule pour votre investissement immobilier ?

L'immobilier est le premier placement préféré des Français, loin devant l'assurance vie et le Livret A, et pèse plus de 7 000 Milliards d'euros en 2018, ...

Comment le prélèvement à la source pourrait coûter très cher à la France

Moins de disponible en épargne : donc moins de versement sur les placements favoris des Français comme l'assurance vie… Fiscalement, il sera ...
Hier — 22 juin 2018Vos flux RSS

Les insurtech, la nouvelle déferlante qui bouscule le marché des assurances en Afrique

Au Kenya, l'insurtech Hello Doctor a révolutionné le métier de l'assurance ... généralement ignorées par les acteurs historiques de l'assurance-vie.

Assurance-vie : les contrats bancaires ne font plus recette

Les contrats d'assurance-vie « grand public », souvent commercialisés par les banques, sont en décollecte en 2017. La faute à des rendements en ...

Quels actifs ont affiché les meilleurs couples rendement/volatilité depuis 20 ans ?

L'IEIF en profite d'ailleurs pour rappeler que c'est grâce à sa diversification (61% de logement, 15% d'assurance-vie, 13% de monétaire et 11% ...

EXCLUSIF : Altaprofits dote Altaprofits PEP de la gestion pilotée "Carte blanche" de Lazard Frères ...

Nous sommes les seuls sur le marché de l'assurance vie à le défendre à ce point et à l'améliorer sans cesse parce que nous pensons que cela vaut ...

Tirer des revenus de son assurance-vie

Outre la possibilité de convertir son assurance-vie en rentes viagères, la plupart des bons contrats permettent notamment de percevoir des revenus ...
❌