Toute l'actualite de la finance et de la gestion du patrimoine en France

❌
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 11 juin 2021Blog

SCPI et investissement programmé : épargnez à votre rythme

SCPI et investissement programmé : épargnez à votre rythme
2021-06-11 09:26:51




Les SCPI ont le vent en poupe depuis plusieurs années ! Diversifié avec un couple rendement/risque satisfaisant, ce placement immobilier ravie nombre de nos clients.
L’investissement en pierre papier est accessible dès quelques centaines d’euros.

La nouveauté proposée par les sociétés de gestion est l’investissement programmé de SCPI. Facile à mettre en place, ce nouveau mode de souscription permet de se constituer un portefeuille immobilier progressivement avec un effort d’épargne limité.

Avant de vous lancer dans ce type de projet d’investissement, il convient de garder à l’esprit que les SCPI constituent un investissement immobilier. Il s'agit donc d'un investissement long terme d'une durée minimale conseillée de 8 ans, dont la liquidité est limitée, et le capital et les revenus sont non garantis.

Qu’est ce que l’investissement programmé de SCPI ?

Aussi appelé plan d’épargne immobilier, l’investissement programmé constitue le nouveau mode de souscription proposé par les sociétés de gestion de SCPI. Il rend l’immobilier accessible à tous.

Le principe est simple : vous choisissez la fréquence d’investissement et le montant à souscrire, puis remplissez le mandat SEPA afin de donner l’autorisation à la banque de la SCPI de venir prélever le montant demandé, à chaque échéance, sur votre compte bancaire. Dans la majorité des cas, vous devrez au préalable détenir une ou plusieurs parts de la SCPI concernée.

Une fois le plan d’épargne immobilier signé auprès de votre conseiller Patrimea, vous n’aurez plus qu’à vous assurer que votre compte est suffisamment approvisionné à chaque échéance de prélèvement.

Le plan d’épargne immobilier peut-il être modifié ?

La souscription programmée évolue avec vous dans le temps. Vous pouvez modifier la fréquence de prélèvement, en passant par exemple d’un prélèvement trimestriel à un prélèvement mensuel.Vous pouvez également augmenter ou diminuer le montant épargné, dans la limite des conditions prévues par les sociétés de gestion. Enfin, vous pouvez mettre fin à ce plan d’épargne immobilier à tout moment. Chaque modification se fait sans frais.

Certaines SCPI proposent même de prévoir dès la souscription le terme du plan d’épargne. C’est notamment le cas de la SCPI Epargne Pierre.

Quels sont les autres atouts de l’investissement programmé en SCPI ?

Nous avons déjà évoqué les avantages tels que le fait qu’un seul bulletin suffise pour une multitude de souscription échelonnée dans le temps, ou bien la souplesse dans le choix de la fréquence et du montant.

Réinvestir ses revenus de SCPI

Si vous détenez déjà un portefeuille de quelques milliers d’euros en SCPI, vous pouvez décider que l’équivalent des revenus perçus soit réinvesti en SCPI, comme une sorte de capitalisation des revenus.

Exemple : Vous détenez des SCPI pour une valeur de 15.000 €. Celles-ci génèrent 150 € de revenus par trimestre. Dans la mesure où vous n’avez pas besoin de ces revenus complémentaires immédiatement, vous décidez de mettre en place un plan d’épargne immobilier à hauteur de 150 € par trimestre pour racheter des nouvelles parts de SCPI. Ce type de montage limite l’effort de trésorerie et développe votre portefeuille au fur et à mesure du temps.


Le saviez-vous ? Certaines SCPI proposent le réinvestissement automatique des dividendes de SCPI. En d’autres termes, les revenus distribués par la SCPI ne sont jamais versés sur votre compte bancaire car ils sont automatiquement utilisés pour souscrire des nouvelles parts de SCPI. C’est notamment le cas de la SCPI Corum Eurion. Vous devrez tout de même déclarer les revenus “perçus” chaque année auprès de l’administration fiscale.


Profiter de la hausse des marchés

L’investissement progressif vous fera profiter des éventuelles hausses du prix des parts de SCPI. Si vous attendez d’avoir un capital suffisamment élevé pour procéder à la souscription de SCPI, vous passerez peut-être à côté du bénéfice d’une plus-value sur le prix de part. En épargnant à échéance régulière, vous augmentez vos chances d’être déjà investi au moment de la hausse.

Enfin, est ce vraiment judicieux de laisser votre argent sur un livret A qui n’offre qu’un taux d’intérêt de 0,5%, ou au sein d’un compte sur livret à 0,10% ? Bien évidemment, l’investissement en SCPI ne peut pas être considéré comme de l’épargne de précaution puisque l’horizon d’investissement conseillé est de 8 ans minimum. Mais si une partie de vos liquidités peut être dédiée à un investissement sur du long terme, l’investissement programmé en SCPI répondra à bon nombre de vos objectifs.  

Quelles sont les SCPI qui proposent le plan d’épargne immobilier ?


SCPI Fréquence Montant minimum Conditions particulières
PF Grand Paris

Mensuelle (le 15 de chaque mois)

Trimestrielle (15 mars, 15 juin, 15 septembre, 15 décembre)

Semestrielle (15 juin et 15 décembre)

Annuelle (15 du mois de l'adhésion)

544€ (1 part) être déjà associé de PF Grand Paris ou souscrire au départ au moins 10 parts
PFO

Mensuelle (le 15 de chaque mois)

Trimestrielle (15 mars, 15 juin, 15 septembre, 15 décembre)

Semestrielle (15 juin et 15 décembre)

Annuelle (15 du mois de l'adhésion)

966€ (1 part) être déjà associé de PFO ou souscrire au départ au moins 5 parts
PFO2 Mensuelle (le 15 de chaque mois)

Trimestrielle (15 mars, 15 juin, 15 septembre, 15 décembre)

Semestrielle (15 juin et 15 décembre)

Annuelle (15 du mois de l'adhésion)

196€ (1 part) être déjà associé de PFO2 ou souscrire au départ au moins 30 parts
PF Hospitalité Europe Mensuelle (le 15 de chaque mois)

Trimestrielle (15 mars, 15 juin, 15 septembre, 15 décembre)

Semestrielle (15 juin et 15 décembre)

Annuelle (15 du mois de l'adhésion)nnuelle (le 15 du mois de l'adhésion)
200€ (1 part) être déjà associé de PF Hospitalité Europe ou souscrire au départ au moins 5 parts
Epargne Pierre

Mensuelle (15 de chaque mois) 

Trimestrielle (15 d mois de janvier, avril, juillet et octobre)

205€ (1 part) être déjà associé d'Epargne Pierre
Corum Origin

Mensuelle (prélèvement le 25 de chaque mois) 

Semestrielle (prélèvements les 25 juin et 24 décembre)

Trimestrielle (prélèvements les 25 mars, 25 juin, 25 septembre et 24 décembre)

Annuelle (prélèvement le 25 du mois d'adhésion)

50€ minimum détenir au préalable a minima une (1) part sociale entière de CORUM Origin, en pleine propriété
Corum XL Mensuelle (le 15 de chaque mois)

Trimestrielle (15 mars, 15 juin, 15 septembre, 15 décembre)

Semestrielle (15 juin et 15 décembre)

Annuelle (15 du mois de l'adhésion)

50€ détenir au préalable a minima une (1) part sociale entière de CORUM XL, en pleine propriété
Corum Eurion Mensuelle (le 15 de chaque mois)

Trimestrielle (15 mars, 15 juin, 15 septembre, 15 décembre)

Semestrielle (15 juin et 15 décembre)

Annuelle (15 du mois de l'adhésion)nnuelle (le 15 du mois de l'adhésion)
200€ (1 part) détenir au préalable a minima une (1) part sociale entière de CORUM Eurion, en pleine propriété
Neo

Mensuelle, trimestrielle, semestrielle, annuelle

187€ (1 part) détenir déjà une part
Primovie

Mensuelle, trimestrielle, semestrielle, annuelle

203€ (1 part) détenir déjà 10 parts de Primovie
Primopierre

Mensuelle, trimestrielle, semestrielle, annuelle

208€ (1 part) détenir déjà 10 parts de Primopierre


 Pour connaître les autres SCPI éligibles à ce dispositif, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller Patrimea.


À partir d’avant-hierBlog

SCPI et succession : que se passe-t-il en cas de décès ?

SCPI et succession : que se passe-t-il en cas de décès ?
2021-06-09 12:25:55

Nous indiquons souvent à nos clients que les SCPI facilitent et simplifient la transmission par décès. Mais qu’en est-il vraiment ? Suffit-il de souscrire des parts de SCPI pour préparer votre succession ? Faut-il réaliser des démarches supplémentaires ? (testament, partage, donation…). Les SCPI offrent une flexibilité indéniable dans la préparation de sa succession, mais quelques astuces permettent d’optimiser considérablement la fiscalité.

A noter : Si vous détenez vos parts de SCPI à travers un contrat d’assurance vie, vous n’êtes pas concerné par les éléments évoqués ci-après. En effet, dans votre situation, le mécanisme de l’assurance vie et la clause bénéficiaire s’appliqueront.

Avantages des parts de SCPI au moment de la succession

Les parts de SCPI détenues en direct font partie intégrante du patrimoine successoral du défunt. En d’autres termes, en cas de décès du souscripteur, les parts de SCPI sont transmises aux héritiers selon les règles de dévolution successorale classique.

Une question qui revient de temps à autre : Les parts de SCPI sont-elles vendues automatiquement au décès du souscripteur ? Pas du tout. En cas de décès du titulaire des parts de SCPI, ces dernières intègrent la masse successorale à partager. C’est ensuite aux différents héritiers de décider s’ils souhaitent conserver les parts et ainsi percevoir les revenus de SCPI, ou les vendre pour récupérer des liquidités.

L’acquisition de parts de SCPI présente ainsi de nombreux avantages :

  • Facilite le partage avec une attribution d’un lot de parts de SCPI à chaque héritier
  • Evite l’indivision entre héritiers
  • Offre la possibilité de procéder à une donation-partage et de gratifier tous les présomptifs héritiers
  • Permet la transmission des parts de manière échelonnée en gardant les revenus (donation de la nue-propriété)

Frais et fiscalité sur la transmission de SCPI

3 types de frais peuvent s’appliquer au moment de la succession sur les parts de SCPI.

Fiscalité successorale sur les parts de SCPI

L’acquisition de parts de SCPI ne permet pas d'éluder les règles fiscales sur la transmission. Il convient de prendre en compte la fiscalité liée aux droits de mutation à titre gratuit. Il s’agit des droits de succession calculés en fonction du lien de parenté entre le défunt et le bénéficiaire, et sa quote-part dans l’actif successoral reçu.

Un simulateur sur les droits des successions est disponible sur le site du service public. Des abattements pourront s’imputer sur l’assiette taxable, jusqu’à réduire parfois à zéro l’impôt.

Droit de partage suite à une indivision successorale

A la suite d’une décès, si aucune disposition testamentaire n’a été prise par le défunt avant son décès, les héritiers se retrouvent dans une situation d’indivision successorale. Cela signifie qu’ils sont tous propriétaires du patrimoine mais en indivision. Cette position étant instable pour les héritiers, le notaire va alors procéder aux partages des lots. Le partage est une opération par laquelle les propriétaires d’un ou plusieurs biens, appelés copartageants ou co-indivisaires, mettent fin à l’indivision existant entre eux en attribuant à chacun d’eux des biens divis.

Mais ce partage a un coût. Le taux du droit de partage est fixé à 2,50 % (article 746 du Code General des Impôts).


Astuce : pour éviter le droit de partage, la rédaction d'un testament prévoyant l'attribution d'un lot de parts de SCPI, à chacun des héritiers, sera conseillée.

Frais de changement de propriétaire appliqué par la société de gestion

Une fois que la succession a été liquidée et que le partage des parts a été réalisé, il faut que la société de gestion de la SCPI mette à jour l’identité des nouveaux titulaires des parts de SCPI. Elle peut alors appliquer des frais de dossier. Ces frais peuvent correspondre à un pourcentage sur la valeur des SCPI ou un prix fixe.

Pour anticiper et faciliter la transmission de ses parts et réduire fortement la pression fiscale, le titulaire peut recourir au démembrement.

Optimiser la transmission de son patrimoine grâce au démembrement sur les SCPI


Au préalable : qu’est ce que le démembrement de propriété ?
Le démembrement de propriété consiste à séparer la pleine propriété d’un bien en nue-propriété et usufruit.

Le démembrement se compose d’un côté de l’« usus », le droit d’utiliser le bien et du « fructus », le droit d’en percevoir les fruits, pour l’usufruitier ; de l’autre côté, on trouve « l’abusus », le droit de disposer du bien pour le nu-propriétaire.

Les droits démembrés sont totalement indépendants l’un de l’autre. Cependant, l’usufruitier et le nu-propriétaire ne peuvent, en aucun cas, vendre seuls le bien démembré. Pour céder la pleine propriété du bien, il est indispensable que les deux parties donnent leur accord.






Tout comme un bien immobilier classique, les parts de SCPI peuvent faire l’objet d’un démembrement. Le schéma le plus classique est le suivant :

Monsieur achète 100 parts de SCPI pour une valeur de 95.000 € à l’âge de 55 ans. Dix ans après, à 65 ans, il veut préparer la transmission de son patrimoine à ses deux enfants sans se dépouiller. Il souhaite en effet continuer à percevoir les revenus de SCPI. Ses parts de SCPI ont pris un peu de valeur, elles valent désormais 100.000 €.

Patrimea lui conseille alors de transmettre la nue-propriété de ces parts à ses deux enfants. La nue-propriété des parts 1 à 50 ira à son fils, et celle des parts 51 à 100 ira à sa fille. Pour calculer les droits de donation, on se réfère à l’article 669 CGI qui précise que si l’usufruitier a moins de 71 ans, la valeur de la nue-propriété correspond à 60% de la pleine propriété. Les droits de donation seront donc calculés sur 60% du lot en pleine propriété des SCPI.

Calcul de la fiscalité au moment de la transmission : lot du fils : parts 1 à 50 pour une valeur en pleine propriété de 50.000 €.

  • Base taxable : 30.000 € (60% de 50.000 €)
  • Abattement classique en ligne directe : 100.000 €
  • Droit de transmission : 0 €

Transmettez au fur et à mesure du temps vos parts de SCPI

Les parts de SCPI ont pour avantage, par rapport à un immeuble détenu en direct, de pouvoir être transmises progressivement.

Tous les 15 ans, les parents ont un abattement de 100.000 € sur chaque donation à leur enfant. Ainsi pour une famille composée d’un couple et de deux enfants, 400.000 € de biens peuvent être transmis en exonération de fiscalité tous les quinze ans.

Pour aider un enfant étudiant dans le besoin, les parents peuvent également transmettre l’usufruit temporaire des parts de SCPI. L’enfant percevra alors les revenus de la SCPI pendant quelques années pour subvenir à ses besoins. A l’issue de démembrement temporaire, les parents récupéreront la pleine propriété des parts de SCPI et la jouissance des revenus.
 



Expatriation : gérer ses placements avant son départ

Expatriation : gérer ses placements avant son départ
2021-06-04 16:15:03





En choisissant l’expatriation, la question de l’avenir des placements financiers français se pose. Avant de quitter la France, les investisseurs doivent faire le point sur leurs placements français.

Sont-ils toujours appropriés voire autorisés ? Est-il possible de les conserver ? Lesquels faut-il clôturer ? Quels sont les placements recommandés pour les expatriés ? Et la fiscalité ? Autant de questions auxquelles il est primordial de répondre en amont.

Les placements que l’on peut conserver

Livret bancaire ordinaire

Il y a un intérêt à garder un livret bancaire ordinaire en France. C’est un gage de sécurité, qui ne vous coûtera rien et continuera de vous générer des intérêts.

Livret A

Futur expatrié détenteur d’un livret A, vous pouvez le conserver. C’est un placement simple d’utilisation qui permet de conserver une épargne liquide et disponible à tout moment.

Le taux d’intérêt du livret A est fixé à 0,50%. Et ces intérêts générés ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu, ni aux prélèvements sociaux. Totalement défiscalisé, il n’y a pas besoin de le déclarer.

Compte et Plan d'Épargne Logement

Le Compte Epargne Logement (CEL)

Selon le site officiel du service public, toute personne majeure ou mineure peut ouvrir un CEL. Le montant minimum afin d’ouvrir le compte est de 300€. Pour le reste des versements, la somme minimale est de 75€.

Le taux d’intérêt est de 0,25%. En revanche, la fiscalité des intérêts est assez particulière. Ceux issus d’un Compte Epargne Logement, ouvert à partir de 2018, sont soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Au moment du versement des intérêts, l’établissement bancaire effectue un prélèvement forfaitaire unique de 30% (12,8% d’impôt sur le revenu et 17,20% des prélèvements sociaux).

Le Plan Epargne Logement (PEL)

Aucune condition particulière n’est nécessaire pour ouvrir un PEL. Il est même cumulable avec un CEL. Depuis le 1er août 2016, le taux d’intérêt est fixé à 1%.

Cependant, comme pour le Compte Epargne Logement, les Plan Epargne Logement, ouvert à partir du de 2018 sont soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux. Au moment du versement des intérêts, l’établissement bancaire effectue un prélèvement forfaitaire unique de 30% (12,8% d’impôt sur le revenu et 17,20% des prélèvements sociaux).

Plan d’Epargne en Actions (PEA)

Le PEA reste un placement intéressant pour un expatrié car sa fiscalité est allégée, selon le pays d’expatriation. Depuis le 20 mars 2012, les résidents fiscaux français conservent les règles de fonctionnement de leur contrat.

Si vous décidez de le clôturer ou de le retirer durant votre séjour à l’étranger, les plus-values et les dividendes sont totalement exonérés d’impôt et de prélèvements sociaux en France.

Cependant, attention, chaque pays possède ses propres conditions et il est possible de payer un impôt sur ses plus values selon votre nouveau lieu de résidence. C’est le cas des Etats ou territoires non coopératifs.

Les placements que l’on ne peut pas ouvrir depuis l’étranger

Si vous souhaitez ouvrir un des placements suivants, vous devez impérativement le faire avant votre départ.

Le livret jeune

Ce livret est réservé aux jeunes âgés de 12 à 25 ans résidant en France. Sa rémunération est fixée librement par les banques. Cependant, elle ne peut pas être inférieure à celle du livret A, qui est de 0,50% depuis le 1er février 2020.

Les intérêts sont calculés le 1er et le 16 de chaque mois. Ils s’ajoutent ensuite au capital au 31 décembre. Ils sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

L’épargne déposée sur ce livret dont le plafond est de 1 600€ (hors intérêts capitalisés) est disponible à tout moment.
 

Le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS)

Anciennement, Livret de Développement Durable (LDD), ce LDDS est réservé à toutes les personnes majeures domiciliées fiscalement en France. Le taux d’intérêt annuel est de 0,50%. Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

Les sommes épargnées peuvent être utilisées sous forme de don à une entreprise de l’économie sociale et solidaire. L’établissement bancaire, dans lequel vous avez ouvert votre LDDS, se doit de vous proposer une liste d’au moins 10 sociétés éligibles.

Dans une réponse ministérielle du 24 mai 2016, l'administration précise que le titulaire d'un LDD qui part s'installer à l'étranger peut conserver son livret. Une réserve est faite cependant dans le cas où le contribuable s'expatrie dans un Etat ou territoire considéré par la France comme non coopératif au regard de la transparence et de l'échange d'informations en matière fiscale : dans cette hypothèse, le transfert de domicile fiscal entraîne la clôture du livret.
 

Le livret d’Epargne Populaire (LEP)

Ce livret est réservé aux résidents fiscaux français ayant un revenu fiscal de référence inférieur à un plafond fixé par la réglementation.

Le livret d’épargne populaire est réglementé par l’Etat. Ce dernier décide du taux de rémunération. Il est de 1%, depuis le 1er février 2020.

Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Ils sont calculés le 1er et le 16 de chaque mois.

L’assurance vie : un cas particulier pour les expatriés

Pour ce contrat, il est important de se renseigner sur les conventions fiscales afin de bénéficier des avantages. Elles prévoient soit une taxation en France, soit dans le pays de résidence.

Exonération (potentielle) d'imposition des rachats

Les rachats sont soumis au prélèvement forfaitaire libératoire mais le taux appliqué dépend de l'existence ou non d'une convention fiscale internationale entre la France et le pays de résidence de l'expatrié.

La plupart des conventions prévoit, dans la section intérêt, soit un taux de prélèvement réduit en France, soit une absence de retenue à la source en France. Une imposition dans le pays de résidence sera peut-être due. Voir la liste des conventions fiscales internationales

Exonération des prélèvements sociaux

En application de l'article L136-6 du code de la sécurité sociale, "les personnes physiques fiscalement domiciliées en France au sens de l'article 4 B du code général des impôts sont assujetties à une contribution sur les revenus du patrimoine assise sur le montant net retenu pour l'établissement de l'impôt sur le revenu [...]".

Dès lors, les personnes physiques qui sont fiscalement domiciliées hors de France ne sont pas assujetties aux contributions sociales françaises.

En cas de décès de l'assuré à l'étranger et en tant que non résident : le contrat du défunt ne sera pas assujetti aux prélèvements sociaux (qu'il ait été ouvert en tant que résident fiscal français ou en tant que non résident).

Exonération (potentielle) du capital transmis

Primes versées avant 70 ans : art 990 I CGI

Exonération jusqu’à 152.500 € puis taxation à hauteur de 20 % ou 31,25 % due lorsque :

 

  • Le bénéficiaire a, au moment du décès son domicile fiscale en France et qu’il l’a eu pendant au moins 6 ans au cours des 10 années précédant le décès

ou

  • Le souscripteur défunt, a au moment du décès, son domicile fiscale en France

A noter que ce prélèvement ne peut pas faire l’objet de l’élimination de la double imposition des conventions fiscales internationales.
 

Primes versées après 70 ans : art 757 B CGI

Abattement de 30.500 € puis imposition aux droits de succession classique due lorsque :
 

  • Le bénéficiaire est un résident fiscal français depuis plus de 6 ans

ou

  • Le souscripteur défunt est résident fiscal français au moment du décès

A noter qu’en cas de double imposition (taxation dans le pays des bénéficiaires et taxation dans le pays du souscripteur), les conventions fiscales visant l’élimination de cette double imposition viendront à s’appliquer.

Exonération à l'Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI)

L’assurance-vie n'entre pas dans le calcul de la base taxable à l'IFI pour les non résidents sous réserve des actifs immobiliers détenus au sein du contrat.

Chaque placement financier possède ses propres règles en matière de fonctionnement et de fiscalité. Pour éviter toute erreur et partir pour son expatriation sans aucun souci, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un conseiller.


Déclaration de revenus d’enfant à charge : comment faire ?

Déclaration de revenus d’enfant à charge : comment faire ?
2021-05-27 12:33:54



Pour qu’un enfant soit considéré comme “fiscalement à charge”, des conditions particulières sont requises Qu’ils soient mineurs ou majeurs, certaines clauses sont à respecter. Généralement, les enfants mineurs sont obligatoirement rattachés au foyer fiscal des parents. Mais quelques situations spécifiques existent. De même pour un majeur qui serait encore sous ce régime .

Ce n’est pas toujours évident de s’y retrouver au moment de la déclaration d’impôts sur le revenu. Que faut-il déclarer ? Comment faire ? A chaque situation, sa déclaration.

Les enfants mineurs à charge

Les conditions de rattachement

Sont à la charge de leurs parents, les enfants :

  • légitimes
  • adoptifs
  • naturels
  • recueillis si le foyer fiscal assume leur charge effective


Un enfant de moins de dix-huit ans à charge fait bénéficier d’une augmentation du nombre de parts de quotient familial. Le premier et le second enfants à charge donnent droit à une demi-part supplémentaire. A partir du troisième, une part supplémentaire par enfant est accordée. Le foyer fiscal doit alors déclarer sur sa déclaration d’impôt sur le revenu, l’ensemble des revenus perçus par les enfants mineurs à charge.

Les enfants percevant leurs propres revenus ont la possibilité de remplir leur propre déclaration d’impôt.

Les enfants mineurs de parents non mariés

En fonction des intérêts, les parents non mariés ont la possibilité de rattacher leur enfant à la charge fiscale de l’un ou de l’autre. La garde alternée est envisageable, les parents se partagent cette charge.

Dans ce cas, l’augmentation de parts de quotient familial est divisée en deux. Chacun doit déclarer la moitié des revenus perçus par l’enfant.

Les enfants mineurs de parents divorcés

En cas de séparation ou de divorce, les enfants mineurs sont à la charge du parent chez qui ils vivent de manière habituelle. Dans le cadre d’une garde alternée, tout est divisé entre les deux et chacun doit déclarer la moitié des revenus perçus par l’enfant.

La part de quotient familial se voit elle aussi répartie entre les deux responsables légaux.

Qui sont les enfants majeurs à charge ?  

Pour bien saisir la notion d’”enfant à charge”, il est primordial d’en connaître la définition. Légalement, tous les enfants de moins de 18 ans, au 1er janvier de l’année d’imposition, sont rattachés fiscalement à leurs parents. Cependant, passé l’âge de la majorité, l’enfant peut conserver ce statut. En voici les conditions.

Les enfants majeurs de moins de 21 ans

Dans les faits, les enfants de plus de 18 ans ont l’obligation de déclarer de manière personnelle leurs revenus afin de calculer leur impôt sur le revenu. Deux exceptions leur permettent de rester rattachés fiscalement à leurs parents:

  • S’ils ont eu 18 ans au cours de l'année d’imposition
  • S’ils ont moins de 21 ans au 1er jour de l’année d’imposition


Les parents, en conservant ce rattachement fiscal, bénéficient d’une augmentation du nombre de parts de leur quotient familial. En contrepartie, ces derniers ont l’obligation de déclarer, sur leur avis d’imposition, les revenus perçus par cet enfant.

Les enfants majeurs de moins de 25 ans

Concernant les enfants majeurs, la limite d’âge est fixée à 21 ans. Cependant, il existe, ici aussi, des circonstances particulières autorisant les enfants de plus de 21 ans, et de moins de 25 ans, à continuer d’être rattachés.

C’est le cas des personnes âgées de moins de 25 ans inscrites dans un cursus d’études au 1er janvier de l’année d'imposition. Elles doivent rédiger une lettre manuscrite demandant le rattachement et l’envoyer à l'administration fiscale.

Autres exceptions

Parmi les autres catégories se trouvent les majeurs infirmes et ceux effectuant un service national. Aucune condition d’âge n’est requise pour ces personnes.

Néanmoins, si l’enfant majeur du foyer fiscal n’est plus rattaché, les parents ont la possibilité de déduire la pension alimentaire versée pour subvenir à ses besoins.

Enfants à charge : comment et quoi déclarer ?

Le cas des enfants mineurs

Dans certains cas, l’enfant peut bénéficier d’une exonération de déclaration. C’est le cas pour :

  • les salaires perçus lors d’emplois saisonniers effectués pendant les vacances scolaires. L’exonération pratiquée s'élève à 3 smics bruts mensuels, soit 4.618€ pour 2020.
  • les salaires perçus à l’occasion d’un apprentissage sont également exonérés à hauteur du montant annuel du smic, soit 18.473 euros en 2020.


L’ensemble des revenus doit être mentionné dans les cases 1CJ ou 1DJ du formulaire numéro 2042. Les parents bénéficient d’avantages fiscaux pour compenser certaines dépenses comme une réduction d’impôt pour frais de scolarité, ou bien de garde d’enfant ou encore un emploi concernant une aide à domicile.

Revenus des enfants mineurs : déclaration séparée

L’imposition séparée pour un mineur se complète de la même manière qu’une déclaration classique. Même s'il n'a travaillé qu’une partie de l’année, elle reste valable pour l’ensemble de l’année fiscale. Elle doit également être renouvelée tous les ans, jusqu’à sa majorité.

Du côté des parents, il n’y a rien à déclarer mais ils ne bénéficieront pas de la majoration du nombre de parts de quotient auquel l’enfant à charge donne droit.

Enfants majeurs : exonérations possibles

Selon la nature des revenus reçus par l’enfant majeur à charge, des exonérations peuvent s’appliquer.

Les bourses

Les bourses universitaires éligibles sur critères sociaux sont exonérées d’impôt. Mais ce n’est pas le cas pour celles accordées pour des travaux ou des projets de recherche. Ces derniers sont à déclarer.

Les salaires d’emplois saisonniers

La règle est la même que pour les enfants mineurs. Les emplois effectués pendant les vacances scolaires sont exonérés dans la limite de 3 smics mensuels. Les sommes dépassant ce seuil doivent apparaître dans la déclaration.

L’apprentissage

De même ici, la limite du smic annuel s’applique (18.473€ pour l’année 2020). Dans le cas où le contrat d’apprentissage a démarré ou s’est arrêté en milieu d’année, l’exonération est ajustée au nombre de mois travaillés.

La professionnalisation

Les sommes perçues par le biais d’un contrat d’apprentissage ne bénéficient d’aucune exonération. Il est obligatoire de les déclarer dans leur intégralité.

Les stages

Peu importe la durée ou la nature du stage, l’ensemble des indemnités perçues sont exonérées d’impôt sur le revenu. Cependant, ici aussi, la limite du smic annuel est appliquée. Si les sommes reçues dépassent les 18.473euros bruts, il faut en indiquer le surplus.  

De nombreuses exonérations sont prévues dans le cadre de la déclaration des revenus d’enfants à charge. Qu’ils soient rattachés fiscalement ou bien indépendants, il est important de connaître la marche à suivre pour éviter tout manquement.  

Label ISR immobilier : votre investissement responsable

Label ISR immobilier : votre investissement responsable
2021-05-25 07:33:54





L’année dernière, au 30 juin, 466 fonds avaient obtenu le label ISR, représentant plus de 170 milliards d’encours. Cependant, les fonds immobiliers n’étaient pas encore concernés. Depuis le mois d’octobre, l’ISR ouvre la porte à la pierre. Les SCPI méritantes peuvent désormais certifier leur engagement durable et proposer de verdir le portefeuille des souscripteurs.

Déjà prometteuses grâce à des performances bien souvent supérieures à celles du marché, les SCPI, et les autres produits immobiliers ont un nouveau moyen de se distinguer. Si les débuts sont timides, l’association "label ISR et immobilier" ne fait que commencer. Attention à ne pas se perdre face à toutes ces opportunités émergentes !

Les fonds d’investissement immobiliers ont la cote

Des véhicules d’investissement intéressants

Ces fonds collectent des capitaux auprès d’investisseurs. Ils sont ensuite investis dans des actifs immobiliers, que ce soit par acquisition ou par financement (direct ou indirect). Ils représentent une solution de financement intéressante.

Ces derniers répondent aussi bien à des besoins économiques que sociétaux. 81% du patrimoine de ces fonds est orienté vers de l’immobilier de bureaux. L’économie et l’attractivité locale des entreprises sont favorisés, ainsi que le bien-être des salariés.

Les secteurs du résidentiel et de la santé sont également bien représentés. Certaines sociétés de gestion ont décidé de mettre l’accent sur des grands enjeux sociétaux. C’est le cas de la SCI Novaxia R ayant décidé de transformer les bureaux vacants en logements.

Des actifs immobiliers en nombre

L’épargne engendrée par le biais d’actifs immobiliers est assez impressionnante. Les SCPI représentent plus de 70 millions d’euros de capital. Les OPCI grand public, quant à eux, font grimper la note de 20 milliards d’euros supplémentaires.

Si nous ajoutons les SCI et l’ensemble des fonds immobiliers non cotés, les Fonds d’Investissement Alternatifs immobiliers atteignent 230 milliards d’euros d’encours global. La pierre est toujours aussi attrayante.

Allier rentabilité et durabilité

Il est encore trop tôt pour faire le lien entre label ISR et performance des SCPI. Mais il s’avère que ce type de placement connaît des résultats nettement supérieurs à la moyenne du marché. Malgré la crise de la Covid-19, certaines ont su être très résilientes.

Les SCPI sont très souvent diversifiées. Elles ne se focalisent pas sur un seul type d’actifs ce qui leur permet de tenir le cap et de compenser si certains facteurs impactent des secteurs. La situation actuelle en est bel et bien la preuve. Eurion occupe la première place des meilleures SCPI en 2020, avec un taux de distribution, net de fiscalité étrangère, de 8,88%.

 

Le label ISR pour les fonds immobilier

Qu’est-ce que le label ISR ?

Ce label a été créé par l’Etat en 2015. Il suit un cahier des charges qui se veut exigeant et aide les investisseurs et épargnants à choisir les placements les plus responsables et durables. Il oriente vers des produits dotés d’une performance financière, tout en limitant leur impact environnemental.

Il prend en compte l’ensemble des critères ESG, pour Environnemental, Social et de Gouvernance, dans le processus d’investissement et de gestion des actifs par les sociétés de gestion. Cette certification est une référence en Europe. Attribuée pendant 3 ans, elle peut être renouvelée après vérification d’un organisme tiers indépendant.

C’est donc un gage de crédibilité mais aussi de visibilité pour l’ensemble des fonds qui parviennent à décrocher ce label. Les investisseurs peuvent se fier à cet indicateur garantissant transparence et qualité de gestion.   

Comment s’intègre-t-il à l’immobilier ?

Depuis quelques années, le marché de l’ISR continue sa croissance. Les particuliers souhaitant donner du sens à leur argent  se multiplient. Les sociétés de gestion l’ont bien saisi et redoublent d’efforts pour proposer des produits financiers au plus proche des convictions éthiques.  

De part cette expansion, un cadre réglementaire est mis en place et se renforce au fil du temps. La Commission européenne est chargée de faire respecter les règles et les lois. Il est essentiel de posséder un cadre afin de maintenir la qualité des approches ISR et de se démarquer face au greenwashing omniprésent.

La loi Pacte demande aux assureurs de proposer, à minima, une unité de compte labellisée ISR dans les contrats d’assurance vie. D’ici 2022, ils seront dans l’obligation d'ajouter une unité de compte “verte” (portant le label Greenfin) et une seconde mettant en lumière la finance solidaire, grâce au label Finansol par exemple.

Quel est le but de cette démarche ?

Le premier enjeu est d’améliorer le parc immobilier déjà présent. A ce stade, le taux de renouvellement est d’environ 1% par année. Il est donc préférable et plus stratégique de s’attaquer aux actifs déjà existants afin d’atteindre les objectifs climatiques et écologiques, sur le moyen/long terme. Les bâtiments neufs et performants ne sont pas les seuls à être éligibles au label ISR, bien au contraire. Il est possible d’en faire la demande en mettant en œuvre un projet d’amélioration de la performance ESG des bâtiments du portefeuille.

La société de gestion possède à la fois le fonds et son patrimoine constitutif. Il est donc plus aisé d'agir sur l’exploitation des immeubles mais aussi sur les pratiques des principales parties prenantes. En tant qu’investisseur, et en choisissant un de ces fonds, vous devenez un véritable acteur de la finance verte.

De plus, il existe des enjeux ESG distincts pour l’immobilier. Le cadre légal reste très exigeant et solide en ce qui concerne les démarches environnementales. Néanmoins, pour les parts sociales et de gouvernance, les règles sont différentes selon les typologies d’actifs. Les fonds se doivent de couvrir, de manière équilibrée, les 3 piliers ESG.

Fonds immobiliers : les règles à suivre pour être labellisé

Les exigences du label

Le label ISR laisse les sociétés de gestion en totale autonomie, concernant les décisions à prendre. L’objectif est de construire une stratégie crédible et ambitieuse, comportant les objectifs ESG, et de la conserver tout au long du processus d’acquisition et de gestion.

L’accent est mis sur le recours à des moyens matériels et humains, afin de mesurer correctement la performance ESG des actifs immobiliers. Les locataires et les personnes en charge de l’entretien et des travaux sont également concernés. La société de gestion doit faire les bons choix.

Une autre exigence est requise : la communication. Le gestionnaire doit communiquer en toute transparence avec ses investisseurs. Que ce soit pour les résultats obtenus, les acquisitions réalisées et bien évidemment l’ensemble des changements au sein de la société.

Les fonds déjà labellisés

Selon l’Afnor, plus de dix fonds immobiliers ont déjà été certifiés du label ISR. Parmi eux :
 

  • SCPI : Neo de Novaxia, Fair Invest de Norma Capital, PFO2 de Perial, LF Grand Paris Patrimoine de la Française, Primopierre de Primonial, Pierre Capitale de SwissLife REIM, Iroko Zen du groupe Iroko et Epargne Pierre d’Atland Voisin.
  • OPCI : Diversipierre de la BNP Paribas REIM, PREIM de Primonial REIM et Aviva Investors Experimmo ISR d'Aviva Investors France
  • SCI : Euro Carbonne de Perial, Novaxia R de Novaxia et FLI II d’Ampère Gestion.


Il est certain que d’autres fonds immobiliers vont suivre la tendance. Le paysage du label ISR immobilier va poursuivre son extension.

Cependant quelques fonds proposent une démarche engagée en faveur de l’environnement mais ne détiennent pas le label ISR. C’est le cas de la SCPI Kyaneos Pierre. Il y a donc certaines limites à cette certification, elle ne recense pas forcément l’ensemble des produits immobiliers éthiques et responsables. Ces derniers restent des placements à risque. Il est donc préférable de bien se renseigner afin de sélectionner un fonds en adéquation avec votre profil investisseur.

 


Les arnaques aux placements financiers ont explosé en 2020

Les arnaques aux placements financiers ont explosé en 2020
2021-05-21 08:13:50




La crise de la Covid-19 a fait naître, chez de nombreux particuliers, un certain intérêt pour les marchés et placements financiers. L’épargne des Français n’a jamais été aussi bonne. Cependant, ces nouveaux investisseurs ne constituent pas toujours un public averti. Sans connaissance, il est facile de se laisser piéger par des offres attractives, du moins sur le papier.

Le médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) vient de publier son rapport annuel à ce sujet. Les dossiers relevant d’une escroquerie sont passés de 35 à 95 en seulement un an. Pire encore, 60 épargnants ont été victimes d’une même personne.

Une technique vieille comme le monde

Si les escroqueries ont toujours existé, les professionnels en la matière ne cessent d’améliorer leur stratagème. Ils ne manquent pas d’imagination et les techniques sont de plus en plus précises.

L’usurpation d’identité

Les escroqueries se font bien souvent par le biais d’usurpation d’identité. L’AMF a enregistré de nombreuses fraudes où les malfaiteurs se faisaient passer pour des acteurs autorisés à exercer dans le domaine financier. En 2020, 44% des montants déclarés perdus provenaient de sociétés dont l’identité avait été volée.

Si l’Autorité tire la sonnette d’alarme c’est bel et bien pour sensibiliser les épargnants et les mettre en alerte. Les préjudices de ces arnaques sont assez conséquentes. Environ 45.000€, par personne, sont escroqués. Ces sommes sont quasiment impossibles à récupérer, une fois le premier virement effectué.

Les investisseurs sont devenus méfiants à l’égard de placements un peu trop attractifs. Mais les escrocs savent y faire. Ils réussissent à reproduire les sites internet, les contrats avec logo certifié, numéro d’agrément et autorisation AMF. Toutes ces informations falsifiées donnent de la crédibilité. Ils n’ont ensuite plus qu’à collecter les données fournies par les victimes et à les contacter sous une fausse identité. La confiance s’installe et le tour est joué !

La révolution numérique

Avec l’arrivée du numérique et la création massive et simplifiée de sites internet, l’arnaque aux placements financiers est facilitée. Et attention… En 2020, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) a recensé 1 081 nouveaux sites frauduleux. Ils offrent différents produits d’épargne, du livret en passant par le contrat d’assurance-vie ou bien des produits de défiscalisation. Tout ce qu’un conseiller en gestion de patrimoine pourrait vous proposer.

Il existe même des tendances parmi les thématiques d’arnaque. Les faux investissements dans les parkings, le vin, l’or ou encore ceux dans les crypto actifs sont en vogue. Il est important de toujours bien vérifier l’identité de votre interlocuteur. Ne vous fiez pas à un email soigné, un site internet bien pensé ou bien à un logo qui vous semble familier.

Les grandes entités ne sont pas épargnées

En pleine période de déclaration d’impôt, la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) est victime d’usurpation. La combine est bien ficelée, un email avec pour objet  “ne_pas_repondre@dgfipfinances.gouv.fr“ a été envoyé à certains contribuables. Se présentant comme une “lettre d’information sur votre status sur impots.gouv.fr”, l’entrée en matière débute par une faute d’orthographe. Ce qui peut arriver mais qui n’est pas franchement le genre de la maison. Le texte explique au destinataire que selon les vérifications effectuées, un remboursement de 490 euros lui est réservé.  

Ce remboursement ne peut pas être effectué de manière automatique car il y a, soit disant, une erreur dans le code postal mentionné sur l’espace particulier. Il serait différent du compte bancaire. Il est demandé de se connecter afin de rectifier la donnée. Seulement, l’arnaqueur utilise le terme “espace client” au lieu d’”espace particulier”, le service ne connaît pas les détails bancaires et enfin l’adresse email contact@dgfipservicepublic.org n’existe pas.

Mais la supercherie ne s’arrête pas en si bon chemin. Un lien mène directement vers une copie du site des impôts. Il est possible de se connecter à son espace particulier ou encore de créer un compte en indiquant son numéro fiscal. Cependant, l’URL de la page est assez intrigante : kydsjqt.cluster030.hosting.ovh[.]net, de quoi alerter.

Les bons réflexes à adopter

Pour éviter de se faire piéger, il existe un moyen fiable : vérifier de manière scrupuleuse l’identité de son interlocuteur. Il s’agit de votre argent, prenez donc votre temps et effectuez les démarches nécessaires.

La première étape consiste à consulter la liste noire publiée sur le site de l’AMF. Un tableau des acteurs et des sites non-autorisés reste à disposition des internautes. Si vous remarquez que l’adresse du site internet sur lequel vous avez navigué apparaît, stoppez dès à présent toute communication.

Cependant, la liste ne peut pas être mise à jour en temps réel et il se peut que l’usurpateur soit passé entre les mailles du filet. Pour écarter toutes suspicions, contactez directement la société qui vous a sollicité. Vous saurez directement si c’est bien elle à l’origine de l’offre proposée.

Dans n’importe quel cas, si vous avez des doutes ne communiquez jamais de données personnelles. Il ne faut surtout pas céder à l’urgence, prenez du recul pour réfléchir et posez vous calmement avant de prendre une décision. Et mettez vous bien en tête qu’un placement financier promettant des gains rapides sans aucun risque, cela n’est absolument pas possible !


Les conseils de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine

Les victimes peuvent :

  • Contacter le service INFO ESCROQUERIES au 0 805 805 817 (appel gratuit du lundi au vendredi de 9h à 18h30). Composé de policiers et de gendarmes, leur rôle est d’informer, de conseiller et d’orienter les personnes victimes d’une escroquerie.
  • Faire un signalement auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (Epargne Info Service) au 01.53.45.62.00 (prix d’un appel local), du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00 ou sur internet : https://www.amf-france.org/fr/demande-de-renseignements
  • Et si elles s’estiment victimes d’une escroquerie en ligne, faire un signalement sur la plateforme PHAROS à l’adresse https://www.internet-signalement.gouv.fr/.
  • Prendre conseil auprès d’une association de défense des consommateurs ou d’un avocat, et éventuellement déposer plainte.
  • Ne jamais communiquer de coordonnées personnelles à des sites pour lesquels on ne peut pas attester la fiabilité ou vérifier les agréments :
    - Vérifier les mentions légales du site internet
    - Contacter les associations professionnelles CIF en cas de doute

Etablissement de paiement : ceci n’est pas une néobanque !

Etablissement de paiement : ceci n’est pas une néobanque !
2021-05-12 07:51:22




L’annonce a fait du bruit, dans le monde des nouvelles fintechs bancaires. L’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution a pris une décision radicale : faire du tri parmi les néobanques. En effet, devant la multiplication des nouveaux établissements bancaires et l’utilisation massive du terme “banque en ligne”, elle se devait d’intervenir.

Les jeunes pousses du milieu de la monnaie électronique sont parfois lancées par un agrément d’établissement prestataire de paiement. Elles proposent d’ouvrir un compte et de détenir une carte bancaire, en gérant le tout via une application mobile. Mais, la plupart n’ont pas d’agrément permettant à leurs souscripteurs d’ouvrir un compte épargne, d’accéder à une offre de crédit, d’obtenir un chéquier ou d’autres produits proposés par une vraie banque. Neobanque vs établissement de paiement, ne vous faites plus avoir !

Qu’est-ce qu’une néo banque ?

Différence entre néo banques et banques en ligne

Une banque en ligne est obligatoirement adossée à une banque traditionnelle. A titre d’exemple, nous pouvons prendre BforBank qui est une filiale du Crédit Agricole. La banque en ligne ne possède pas d’agences physiques, tout se fait sur internet. Avec le soutien d’une structure existante et fiable, elle peut proposer une offre dématérialisée complète à des prix attractifs.

Une néobanque n’est pas une banque en ligne. Il s’agit simplement d’une société ayant obtenu une licence bancaire. L’accès se fait uniquement grâce à un smartphone, via une application. Les produits financiers proposés sont souvent basiques et gratuits comme une carte bancaire ou une tenue de compte. Chez Revolut, par exemple, il existe des offres premium s’ouvrant sur des assurances ou d’autres options payantes.

Toutes deux permettent aux futurs clients de souscrire de manière facile et rapide. Les néobanques proposent même une ouverture de compte instantannée sans aucune condition particulière. Ce qui n’est pas vraiment le cas chez les banques en ligne, qui demandent des garanties aux souscripteurs. Ce qui n’est pas plus mal ! Elles ne répondent pas forcément aux mêmes besoins.

Et les autres ?

Les établissements pointés du doigt par l’ACPR sont les nouvelles fintechs qui se prétendent “banque” mais qui ne le sont pas. En France, le mot banque ne peut pas s’employer à tort ou à raison car cette notion est définie par le Code monétaire et financier. Il est impossible d'employer le mot “banque” pour qualifier une entreprise non bancaire, ce qui est le cas pour les établissements de paiement et de monnaie électronique.

Ils possèdent un agrément délivré par l’ACPR. Il s’agit d’un agrément d’établissement de paiement et non d’agrément bancaire. Il est donc impossible aux services de paiement de se revendiquer néobanques. Ces derniers permettent aux clients de :

  • verser ou retirer des espèces sur un compte de paiement et gérer ce dernier
  • transmettre des fonds
  • faire un échange de devises


Les fonds ne sont pas garantis. Afin de les sécuriser, les établissements de paiement, il est possible qu’ils utilisent un compte de cantonnement. Ce dernier est, d'ailleurs, détenu par une banque traditionnelle.

En résumé

Le terme “néobanque” est exclusivement réservé aux établissements de crédit. C'est-à-dire des sociétés financières gérant des transactions comme le dépôt de fonds de clients, des opérations de paiement et de crédit. Ces sociétés peuvent également proposer des contrats d’assurance ou bien des possibilités d’investissement financier. Elles ont un rôle de conseil auprès de leurs souscripteurs. Et pour couronner le tout, elles sont détentrices de l’agrément bancaire, délivré par l’ACPR.

Les établissements de crédit sont représentés par les banques, les caisses de crédits municipaux ou encore les institutions financières spécialisées.

Quels sont les risques ?

Selon l’ACPR: « Le terme ‘néobanque’ doit nécessairement qualifier un établissement de crédit, employer ce mot pour qualifier une autre activité est interdit par la législation et est susceptible d’entraîner des sanctions pour les entités qui y contreviendraient ».

Pour les établissements

Le régulateur est ferme, si le mot “néobanque” est utilisé pour qualifier une autre activité qu’un établissement de crédit, des sanctions sont prévues par la loi. Celles-ci peuvent aller jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 375.000 euros d’amende, selon le Code monétaire et financier.

Pour éviter de se retrouver poursuivies, certaines fintechs ont dû se réinventer et changer d’identité, quasiment du jour au lendemain. Ces “applications pour gérer son argent” doivent désormais être totalement transparentes face à leurs clients.

Pour les clients

Si les néobanques séduisent par leur simplicité et leurs prix attractifs, il faut tout de même rester vigilant. Nous l’avons vu, il est possible qu’un établissement se revendiquant néobanque ne le soit pas du tout. Il ne possède pas forcément l’agrément bancaire et, de ce fait, ne garantit pas toujours les dépôts des clients, en cas de défaillance.

Le Fonds de Garantie des Dépôts et de la Résolution (FGDR) permet l’indemnisation, à chaque client déposant jusqu’à 100.000 euros dans les banques traditionnelles. Elles assurent ce remboursement par le biais d’une cotisation, payée chaque année, au FGDR. Ce dispositif concerne uniquement les établissements possédant l’agrément bancaire.

Vérifiez donc si l’établissement choisi possède l’agrément d’établissement bancaire ou bien s’il héberge un compte de cantonnement auprès d’un établissement de crédit.

L’offre en France

Nom Statut Fonds de Garantie des dépôts Dépositaire
ANYTIME Etablissement de paiement Oui Compte de cantonnement au Crédit Mutuel Arkea
BITWALA Etablissement de crédit Oui, système allemand Entschädigungseinrichtung deutscher Banken GmbH similère au FGDR français Compte de cantonnement à la banque allemande Solaris Bank
BUNQ Etablissement de crédit Oui, les fonds sont protégés par la banque centrale des Pays-Bas Compte de cantonnement à la banque centrale des Pays Bas
EKO Etablissement de crédit Oui système allemand Entschädigungseinrichtung deutscher Banken GmbH similère au FGDR français Banque en ligne allemande
NICKEL Etablissement de paiement Oui Filiale du groupe BNP Paribas
ORANGE BANK Etablissement de crédit Oui Banque en ligne française

Rien à déclarer ?

Néobanques, cryptomonnaie, trading, assurance vie… Les comptes détenus hors de France doivent être déclarés au fisc à l’occasion de la déclaration de revenus. Tout contribuable qui détient un compte à l'étranger est dans l'obligation de le déclarer aux impôts, même s'il s'agit d'un simple compte courant qui ne génère pas d'intérêts.
 
Savez-vous que les comptes détenus chez N26, Revolut, Bunq, Monese, Knab, mais aussi Paypal et les comptes de crypto-monnaies doivent être déclarés dans le formulaire 3916. Si vous êtes concerné, cochez la case "Comptes à l'étranger" de votre déclaration de revenus. Remplissez ensuite le formulaire n°3916, et reportez l'information sur le formulaire n°2047 (déclaration de revenus encaissés à l'étranger) si le compte a généré des intérêts.

La sanction en cas d'oubli ? Considéré comme une fraude fiscale par le fisc, l'amende peut s'élever à 1.500 euros, et jusqu'à 10.000 euros si le compte est basé dans un pays qui n'a pas conclu de convention avec la France pour lutter contre la fraude fiscale.

Vous l'aurez compris, la frontière est mince entre la neobanque et l'établisseemnt de paiement. Cependant, pour éviter de prendre le risque de perdre l'ensemble de son argent en cas de faillite, un conseil : vérifier s'il existe un fonds de garantie des dépôts !


Télétravail et immobilier de bureaux : le bilan un an après

Télétravail et immobilier de bureaux : le bilan un an après
2021-05-06 11:36:54





Si une bonne partie des salariés français l’ont expérimenté durant les différents confinements, le télétravail est aujourd’hui encore bien présent dans les pratiques managériales des entreprises. Il y a ceux qui l’ont totalement adopté, d’autres toujours autant réticents et les personnes qui se sont adaptées.

Oui, le travail à distance s’est généralisé. Il est d’ailleurs encore largement préconisé par le gouvernement dans les dernières mesures annoncées. Cependant, la mort du bureau est évoquée, sans doute un peu trop vite ! Le télétravail remet-il vraiment en question l’immobilier de bureaux ? Faut-il encore investir dans ce secteur ?

Un an après, le bilan

Des résultats au cas par cas

C’était il y a un an, durant le confinement du printemps dernier, 6 à 8 millions d’employés français voyaient leur espace de travail être transféré directement à domicile. Ce passage au télétravail un peu brutal a, néanmoins, permis à certains d’en connaître les avantages mais également les limites. Si la productivité, pour des secteurs en particulier, ne semble pas avoir subi d’impact, ce n’est pas le cas de tous.

Aujourd’hui, selon l’enquête OpinionWay, 4 entreprises sur 10 ont établi une stratégie de travail à distance pour leurs employés de manière ponctuelle ou permanente. Le cabinet YouGov s’est placé du côté des travailleurs. Sur les 27% des personnes ayant été en télétravail, seules 15% d’entre elles ont poursuivi. Une majorité apprécie le télétravail, plus de deux tiers des salariés. Cependant, le nombre de personnes qui ne veulent pas le pratiquer tend à s’accroître.

Cette expérience a été l’occasion de tester la réflexion du comportement et de la productivité du personnel au bureau et en télétravail. Evidemment, les résultats sont différents dans toutes les entreprises. Le risque ne se situe pas réellement dans le télétravail mais bien dans la pratique généralisée, c’est-à-dire plus de trois jours par semaine. Libre à chaque dirigeant de mettre en place la bonne stratégie selon l’activité et le rôle de chaque individu.

Un changement d’habitudes

Les comportements ont été bouleversés aussi bien pour les salariés que pour les entreprises. La crise sanitaire n’a pas révolutionné le télétravail, elle n’a fait qu’accélérer une tendance déjà présente. Le “flex office”, appelé aussi le “co-working”, avait déjà commencé à se populariser auprès de différents professionnels, notamment les travailleurs indépendants. Cela consiste à partager des espaces de travail entre professionnels, tous domaines confondus.

Mais avec les mesures sanitaires strictes, un problème majeur apparaît. Il faut pouvoir nettoyer ces espaces de manière régulière et approfondie. Ces risques potentiels sont susceptibles d’effrayer et de repousser. L’essor du bureau partagé est donc largement freiné par la situation actuelle. Pourtant, certaines entreprises sont tentées de faire des économies en choisissant un mode de travail à distance ou partagé. C’est le cas de plusieurs secteurs lourdement impactés par la crise comme l'automobile ou encore l’univers bancaire.

L'impact économique se fait sentir sur les entreprises. Elles sont nombreuses à connaître des difficultés financières. Deux tendances se dessinent :

  • Les grandes entreprises ou celles qui souhaitaient investir dans des locaux plus grands vont attendre un peu et continuer à occuper leur bureau actuel, en attendant de voir l’évolution de la situation.
  • En revanche, pour les sociétés qui occupent de plus petites superficies, les volontés restent conformes à celles qu’elles éprouvaient avant la crise de la Covid-19.


Le nomadisme : la vraie révolution

La digitalisation des professions

Ce n’est pas forcément et uniquement sur le lieu professionnel physique qu’il faut se pencher. Un autre changement radical est en ligne de mire depuis quelques années : le nomadisme. Il n’a, à la base, aucun lien avec la crise sanitaire. Il s’agit plutôt d’une révolution technologique.

Le bureau du salarié s’est transformé. Les documents papiers se sont faits remplacer par le numérique, de même pour les cahiers qui deviennent des blocs notes virtuels. L’ordinateur s’est transformé en outil de travail de prédilection pour de très nombreux secteurs d’activité. Si avant, l’employé personnalisait son espace de travail avec des photos de ses enfants, aujourd’hui il personnalise son bureau… d’ordinateur !

Une modification de l’espace de travail

L’environnement de travail s’emmène partout : dans les transports en commun, en rendez-vous et même chez soi. La frontière est de plus en plus estompée entre le milieu professionnel et celui personnel. Le poste dit “fixe” ne se veut plus essentiel. Les manières de travailler ont grandement évolué et le collaboratif est de plus en plus mis en avant.

Afin de trouver des solutions à ces transformations, les dirigeants d’entreprise doivent s’armer pour rendre l’espace modulable. La salle de réunion ne ressemble plus à la pièce froide et impersonnelle que l’on a connue. Les bureaux, puisqu’ils sont utilisés par plusieurs personnes différentes, sont réglables dans l’optique d’une adaptation à toutes les morphologies. Il n’y a pas de baisse de la demande concernant les m² mais bel et bien un changement des destinations des surfaces.

Les bureaux ne cessent de se réinventer depuis plus de 50 ans. Il y a plus de lieux d’échange, au détriment des grands open spaces. De nouvelles salles voient le jour comme les salles de créativité, de détente… C’est toute une variété d’espaces qui prône. Le bureau a encore de belles années devant lui. Ces nouveaux usages répondent à des besoins spécifiques et identifiés. Il est important d’évoluer avec son temps, et d’être encore plus à l’écoute de ses collaborateurs et placer l’information et la pédagogie au cœur de son quotidien professionnel.

Investir dans le bureau de demain 

Un exemple à prendre chez nos voisins

L’hexagone accumule un retard considérable sur la pratique du télétravail. Les Français ont encore besoin d’une organisation hybride. C'est-à-dire un mix entre le présentiel et le télétravail. Pourtant, dans certains pays européens, le travail à distance peut représenter jusqu’à 20% des effectifs, et ce depuis un bon moment. Ce n’est pas pour autant que l’immobilier de bureaux connaît une décroissance.

D’ailleurs, dans certaines zones, ce marché est plus dynamique qu’en France. Plusieurs SCPI ont bien saisi cette nuance et en profitent pour trouver les opportunités les plus rentables en Allemagne, en Belgique ou bien en Suède. Là-bas, le télétravail est bien ancré dans les mœurs sans répercussion sur l’immobilier de bureaux qui s’est adapté.  

Les SCPI jouent le rôle d’accompagnateur

Prenons la situation d’un angle différent, aujourd’hui, l’équilibre du salarié se trouve dans un espace de travail plus digital et surtout hybride. Le bureau doit devenir un véritable lieu de vie optimisé et commun. En conservant la même surface, en termes de m², l’espace est exploité d’une manière totalement différente.

Les SCPI ont déjà commencé à anticiper cette révolution qui risque de marquer, d’un grand coup, les générations à venir. Une fois les biens acquis, l’espace est repensé de manière radicale. Des projets, insensés il y a plusieurs années, trottent dans la tête des professionnels. On imagine une salle de sport, un réfectoire, des murs végétaux, des panneaux solaires… L’immobilier de bureaux va générer des opportunités rentables sur le long terme, il n’y a pas de doute !

Comment choisir les SCPI prometteuses ?

Choisir la SCPI afin d’investir dans l’immobilier d’une manière différente est loin d’être une mauvaise idée car vous n’aurez pas à vous soucier des problèmes de gestion. Mais encore faut-il faire le bon choix ! Chez Patrimea, notre équipe vous conseille sur la meilleure sélection à effectuer en fonction des performances et du marché.

La SCPI Eurovalys investit dans l’immobilier de bureaux en Allemagne. Dans ce pays, le télétravail est une pratique ayant déjà séduit de nombreux chefs d’entreprise et qui a été adoptée par les salariés. La société de gestion Advenis indique un rendement annuel à 4,5% nets depuis sa création en 2015. C’est un bel exemple qui prouve que le marché de l’immobilier de bureaux est toujours aussi porteur.
 


La nouvelle vie des bureaux désertés

Les bureaux transformés en logements : la nouvelle tendance

C’est encore une pratique timide mais qui semble bien susciter de l’intérêt : investir dans un bureau pour le transformer en logement. Un marché de niche qui semble prometteur dans le but de résorber la tension immobilière dans les grandes villes.

3.068.000, c’est le nombre que représente, en m², la surface de bureaux disponible en île-de-France. Dont une bonne partie s’est vue désertée face à la crise sanitaire. Du côté résidentiel, la construction de logements neufs tourne au ralenti alors que la demande ne cesse d’augmenter.

En France et ailleurs, cette reconversion de bâtiments semble séduire et donne des idées

France : la SCI Novaxia R se positionne

La société de gestion Novaxia lance la SCI Novaxia R, premier fonds immobilier dédié à la reconversion d’actifs de bureaux désertés ou obsolètes en logements. L’intérêt principal est de répondre à la problématique sociétale de la pénurie de logements dans les grandes métropoles. Le fonds a obtenu le label ISR et tient à maintenir la fusion  “critères ESG et rentabilité”.

Avec la pandémie, la vacance locative des actifs de bureaux effraie les investisseurs. Le taux de vacance moyen des bureaux en Ile-de-France est passé de 4,7% à 6,3% en un an. La SCI Novaxia R met la barre très haute : produire 4 000 logements en recyclant 180 000 m² de bureaux.

L’impact sur l’environnement est également pointé du doigt. En transformant un actif tertiaire déjà existant, cela revient à diminuer l’empreinte carbone de moitié par rapport à une construction neuve. De plus, la SCI s’imbrique dans une optique du Zéro Artificialisation Nette des sols. Et avant que les travaux ne débutent, ce sont des associations, sélectionnées par la société de gestion, qui profitent gratuitement des locaux.

Londres : la City prend le pli

Le Brexit et la généralisation du travail à la maison durant cette période particulière ont quelque peu transformé le quartier d’affaires de la capitale britannique. Pour éviter de laisser trop longtemps ces bureaux à l’abandon, Londres prévoit, d’ici 2030, de mener un projet de reconversion des bureaux vacants en créant 1 500 nouveaux logements.

L’objectif s’avère également environnemental puisque les promoteurs immobiliers ont la volonté de créer ou de rénover des bâtiments avec une empreinte carbone faible. Le résidentiel ne sera pas uniquement à l’honneur, des espaces d’accueil commerciaux, des lieux culturels et d’autres dédiés à la vie nocturne pourraient voir le jour.

Il est vrai que peu de personnes résident dans ce quartier, il faut alors trouver des moyens pour dynamiser : le week-end, en soirée, après les heures de travail, ou bien tout simplement en incitant les Londoniens à s’y promener ou à faire des activités physiques. Mais la place des entreprises n’est en rien menacée.

Investir dans l'immobilier de bureaux est une démarche patrimoniale qui s’inscrit sur le long terme. C’est pourquoi, cet investissement semble moins impacté par les crises ponctuelles et passagères. Ce placement s’avère souple, au niveau de la gestion. Les entreprises locataires signent des baux de longue durée, ce qui évite les vacances locatives. Il est bon de le répéter, l’immobilier de bureaux ne va pas disparaître, mais se moderniser et se réinventer !

Télétravail et immobilier de bureau : le bilan un an après

Télétravail et immobilier de bureau : le bilan un an après
2021-05-06 11:36:54




Si une bonne partie des salariés français l’ont expérimenté durant les différents confinements, le télétravail est aujourd’hui encore bien présent dans les pratiques managériales des entreprises. Il y a ceux qui l’ont totalement adopté, d’autres toujours autant réticents et les personnes qui se sont adaptées.

Oui, le travail à distance s’est généralisé. Il est d’ailleurs encore largement préconisé par le gouvernement dans les dernières mesures annoncées. Cependant, la mort du bureau est évoquée, sans doute un peu trop vite ! Le télétravail remet-il vraiment en question l’immobilier de bureau ? Faut-il encore investir dans ce secteur ?

Un an après, le bilan

Des résultats au cas par cas

C’était il y a un an, durant le confinement du printemps dernier, 6 à 8 millions d’employés français voyaient leur espace de travail être transféré directement à domicile. Ce passage au télétravail un peu brutal a, néanmoins, permis à certains d’en connaître les avantages mais également les limites. Si la productivité, pour des secteurs en particulier, ne semble pas avoir subi d’impact, ce n’est pas le cas de tous.

Aujourd’hui, selon l’enquête OpinionWay, 4 entreprises sur 10 ont établi une stratégie de travail à distance pour leurs employés de manière ponctuelle ou permanente. Le cabinet YouGov s’est placé du côté des travailleurs. Sur les 27% des personnes ayant été en télétravail, seules 15% d’entre elles ont poursuivi. Une majorité apprécie le télétravail, plus de deux tiers des salariés. Cependant, le nombre de personnes qui ne veulent pas le pratiquer tend à s’accroître.

Cette expérience a été l’occasion de tester la réflexion du comportement et de la productivité du personnel au bureau et en télétravail. Evidemment, les résultats sont différents dans toutes les entreprises. Le risque ne se situe pas réellement dans le télétravail mais bien dans la pratique généralisée, c’est-à-dire plus de trois jours par semaine. Libre à chaque dirigeant de mettre en place la bonne stratégie selon l’activité et le rôle de chaque individu.

Un changement d’habitudes

Les comportements ont été bouleversés aussi bien pour les salariés que pour les entreprises. La crise sanitaire n’a pas révolutionné le télétravail, elle n’a fait qu’accélérer une tendance déjà présente. Le “flex office”, appelé aussi le “co-working”, avait déjà commencé à se populariser auprès de différents professionnels, notamment les travailleurs indépendants. Cela consiste à partager des espaces de travail entre professionnels, tous domaines confondus.

Mais avec les mesures sanitaires strictes, un problème majeur apparaît. Il faut pouvoir nettoyer ces espaces de manière régulière et approfondie. Ces risques potentiels sont susceptibles d’effrayer et de repousser. L’essor du bureau partagé est donc largement freiné par la situation actuelle. Pourtant, certaines entreprises sont tentées de faire des économies en choisissant un mode de travail à distance ou partagé. C’est le cas de plusieurs secteurs lourdement impactés par la crise comme l'automobile ou encore l’univers bancaire.

L'impact économique se fait sentir sur les entreprises. Elles sont nombreuses à connaître des difficultés financières. Deux tendances se dessinent :

  • Les grandes entreprises ou celles qui souhaitaient investir dans des locaux plus grands vont attendre un peu et continuer à occuper leur bureau actuel, en attendant de voir l’évolution de la situation.
  • En revanche, pour les sociétés qui occupent de plus petites superficies, les volontés restent conformes à celles qu’elles éprouvaient avant la crise de la Covid-19.


Le nomadisme : la vraie révolution

La digitalisation des professions

Ce n’est pas forcément et uniquement sur le lieu professionnel physique qu’il faut se pencher. Un autre changement radical est en ligne de mire depuis quelques années : le nomadisme. Il n’a, à la base, aucun lien avec la crise sanitaire. Il s’agit plutôt d’une révolution technologique.

Le bureau du salarié s’est transformé. Les documents papiers se sont faits remplacer par le numérique, de même pour les cahiers qui deviennent des blocs notes virtuels. L’ordinateur s’est transformé en outil de travail de prédilection pour de très nombreux secteurs d’activité. Si avant, l’employé personnalisait son espace de travail avec des photos de ses enfants, aujourd’hui il personnalise son bureau… d’ordinateur !

Une modification de l’espace de travail

L’environnement de travail s’emmène partout : dans les transports en commun, en rendez-vous et même chez soi. La frontière est de plus en plus estompée entre le milieu professionnel et celui personnel. Le poste dit “fixe” ne se veut plus essentiel. Les manières de travailler ont grandement évolué et le collaboratif est de plus en plus mis en avant.

Afin de trouver des solutions à ces transformations, les dirigeants d’entreprise doivent s’armer pour rendre l’espace modulable. La salle de réunion ne ressemble plus à la pièce froide et impersonnelle que l’on a connue. Les bureaux, puisqu’ils sont utilisés par plusieurs personnes différentes, sont réglables dans l’optique d’une adaptation à toutes les morphologies. Il n’y a pas de baisse de la demande concernant les m² mais bel et bien un changement des destinations des surfaces.

Les bureaux ne cessent de se réinventer depuis plus de 50 ans. Il y a plus de lieux d’échange, au détriment des grands open spaces. De nouvelles salles voient le jour comme les salles de créativité, de détente… C’est toute une variété d’espaces qui prône. Le bureau a encore de belles années devant lui. Ces nouveaux usages répondent à des besoins spécifiques et identifiés. Il est important d’évoluer avec son temps, et d’être encore plus à l’écoute de ses collaborateurs et placer l’information et la pédagogie au cœur de son quotidien professionnel.

Investir dans le bureau de demain 

Un exemple à prendre chez nos voisins

L’hexagone accumule un retard considérable sur la pratique du télétravail. Les Français ont encore besoin d’une organisation hybride. C'est-à-dire un mix entre le présentiel et le télétravail. Pourtant, dans certains pays européens, le travail à distance peut représenter jusqu’à 20% des effectifs, et ce depuis un bon moment. Ce n’est pas pour autant que l’immobilier de bureau connaît une décroissance.

D’ailleurs, dans certaines zones, ce marché est plus dynamique qu’en France. Plusieurs SCPI ont bien saisi cette nuance et en profitent pour trouver les opportunités les plus rentables en Allemagne, en Belgique ou bien en Suède. Là-bas, le télétravail est bien ancré dans les mœurs sans répercussion sur l’immobilier de bureau qui s’est adapté.  

Les SCPI jouent le rôle d’accompagnateur

Prenons la situation d’un angle différent, aujourd’hui, l’équilibre du salarié se trouve dans un espace de travail plus digital et surtout hybride. Le bureau doit devenir un véritable lieu de vie optimisé et commun. En conservant la même surface, en termes de m², l’espace est exploité d’une manière totalement différente.

Les SCPI ont déjà commencé à anticiper cette révolution qui risque de marquer, d’un grand coup, les générations à venir. Une fois les biens acquis, l’espace est repensé de manière radicale. Des projets, insensés il y a plusieurs années, trottent dans la tête des professionnels. On imagine une salle de sport, un réfectoire, des murs végétaux, des panneaux solaires… L’immobilier de bureau va générer des opportunités rentables sur le long terme, il n’y a pas de doute !

Comment choisir les SCPI prometteuses ?

Choisir la SCPI afin d’investir dans l’immobilier d’une manière différente est loin d’être une mauvaise idée car vous n’aurez pas à vous soucier des problèmes de gestion. Mais encore faut-il faire le bon choix ! Chez Patrimea, notre équipe vous conseille sur la meilleure sélection à effectuer en fonction des performances et du marché.

La SCPI Eurovalys investit dans l’immobilier de bureaux en Allemagne. Dans ce pays, le télétravail est une pratique ayant déjà séduit de nombreux chefs d’entreprise et qui a été adoptée par les salariés. La société de gestion Advenis indique un rendement annuel à 4,5% nets depuis sa création en 2015. C’est un bel exemple qui prouve que le marché de l’immobilier de bureau est toujours aussi porteur.
 


La nouvelle vie des bureaux désertés

Les bureaux transformés en logements : la nouvelle tendance

C’est encore une pratique timide mais qui semble bien susciter de l’intérêt : investir dans un bureau pour le transformer en logement. Un marché de niche qui semble prometteur dans le but de résorber la tension immobilière dans les grandes villes.

3.068.000, c’est le nombre que représente, en m², la surface de bureaux disponible en île-de-France. Dont une bonne partie s’est vue désertée face à la crise sanitaire. Du côté résidentiel, la construction de logements neufs tourne au ralenti alors que la demande ne cesse d’augmenter.

En France et ailleurs, cette reconversion de bâtiments semble séduire et donne des idées

France : la SCI Novaxia R se positionne

La société de gestion Novaxia lance la SCI Novaxia R, premier fonds immobilier dédié à la reconversion d’actifs de bureaux désertés ou obsolètes en logements. L’intérêt principal est de répondre à la problématique sociétale de la pénurie de logements dans les grandes métropoles. Le fonds a obtenu le label ISR et tient à maintenir la fusion  “critères ESG et rentabilité”.

Avec la pandémie, la vacance locative des actifs de bureaux effraie les investisseurs. Le taux de vacance moyen des bureaux en Ile-de-France est passé de 4,7% à 6,3% en un an. La SCI Novaxia R met la barre très haute : produire 4 000 logements en recyclant 180 000 m² de bureaux.

L’impact sur l’environnement est également pointé du doigt. En transformant un actif tertiaire déjà existant, cela revient à diminuer l’empreinte carbone de moitié par rapport à une construction neuve. De plus, la SCI s’imbrique dans une optique du Zéro Artificialisation Nette des sols. Et avant que les travaux ne débutent, ce sont des associations, sélectionnées par la société de gestion, qui profitent gratuitement des locaux.

Londres : la City prend le pli

Le Brexit et la généralisation du travail à la maison durant cette période particulière ont quelque peu transformé le quartier d’affaires de la capitale britannique. Pour éviter de laisser trop longtemps ces bureaux à l’abandon, Londres prévoit, d’ici 2030, de mener un projet de reconversion des bureaux vacants en créant 1 500 nouveaux logements.

L’objectif s’avère également environnemental puisque les promoteurs immobiliers ont la volonté de créer ou de rénover des bâtiments avec une empreinte carbone faible. Le résidentiel ne sera pas uniquement à l’honneur, des espaces d’accueil commerciaux, des lieux culturels et d’autres dédiés à la vie nocturne pourraient voir le jour.

Il est vrai que peu de personnes résident dans ce quartier, il faut alors trouver des moyens pour dynamiser : le week-end, en soirée, après les heures de travail, ou bien tout simplement en incitant les Londoniens à s’y promener ou à faire des activités physiques. Mais la place des entreprises n’est en rien menacée.

Investir dans l'immobilier de bureau est une démarche patrimoniale qui s’inscrit sur le long terme. C’est pourquoi, cet investissement semble moins impacté par les crises ponctuelles et passagères. Ce placement s’avère souple, au niveau de la gestion. Les entreprises locataires signent des baux de longue durée, ce qui évite les vacances locatives. Il est bon de le répéter, l’immobilier de bureau ne va pas disparaître, mais se moderniser et se réinventer !

Epargne retraite entreprise : Retrouvez un contrat en déshérence

Epargne retraite entreprise : Retrouvez un contrat en déshérence
2021-04-30 09:38:00



Epargne retraite : comment m'assurer que je n'ai pas un contrat oublié dans la nature ? Article 83, PERP, PERCO, Madelin … êtes-vous certain d’avoir identifié tous les contrats dont vous êtes titulaire ?
 
Un constat : parmi les 13 millions de détenteurs d’article 83, article 39, Perp, Madelin, Perco ou PER, de nombreux ne le savent pas. Le législateur a donc voté une loi pour limiter la déshérence des contrats d’épargne retraite, dont ceux ouverts par votre entreprise.

Des milliards d’euros non-réclamés

Lors de l’examen de la loi relative à la déshérence des contrats de retraite supplémentaire. le rapporteur Mme Catherine Procaccia  a indiqué :
 
“ Dans différents rapports, dont le dernier date de 2018, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a donné l'alerte quant aux risques de déshérence de contrats de retraite supplémentaire. L'ACPR estime à 10,6 milliards d'euros le total des contrats non liquidés passé l'âge de 62 ans. Or, non seulement tous les Français ne partent pas à la retraite à cet âge, mais le départ à la retraite ne rend absolument pas obligatoire la liquidation du produit d'épargne retraite.”
 
Les travaux parlementaires ont permis de relever une des causes de la déshérence “Si l’ampleur de la déshérence des contrats de retraite supplémentaire a pu être plus précisément caractérisée, il paraît indispensable d’en définir les causes afin de bâtir des instruments permettant de la limiter. À ce titre, la rupture du lien entre l’assureur et l’épargnant peut être identifiée comme le facteur principal de la déshérence.”
 
Fort de ce constat, il apparaissait donc impératif de trouver des solutions pour informer les personnes concernées de l’existence de contrats d’épargne retraite à leur nom. Le texte de loi a ainsi été adopté à l'unanimité par le législateur pour limiter la déshérence des contrats d'épargne retraite et a été publié au Journal officiel le 27 février 2021.
 

Centralisation des informations sur le site « Info Retraite »

Aujourd'hui, pour vérifier si vous êtes titulaire d'un contrat d'épargne retraite, vous devez fouiller dans vos archives personnelles. Cela peut s'avérer fastidieux et finalement dissuader les potentiels bénéficiaires. Avec cette nouvelle LOI n° 2021-219 du 26 février 2021 relative à la déshérence des contrats de retraite supplémentaire,  il va être beaucoup plus simple d’être informé sur l’existence d’un contrat de retraite supplémentaire à son nom. Vous allez pouvoir réclamer plus facilement, un contrat perdu ou oublié !
 
L’article 1 de cette disposition prévoit que les gestionnaires de produits d’épargne retraite devront envoyer, chaque année au Groupement d’intérêt public (GIP) Union Retraite, les informations nécessaires à l’identification des bénéficiaires. Ainsi, chaque assuré, lorsqu’il consultera la plateforme https://www.info-retraite.fr/, gérée par le GIP Union Retraite, pourra accéder aux données le concernant sur ses contrats de retraite supplémentaire. Pour rappel, ce site permet déjà à tout salarié d’accéder aux informations sur sa retraite de base et sa retraite complémentaire.
 
Le cœur de cet article 1er est donc de permettre à l’assuré de consulter sur un site unique ses droits à la retraite obligatoire mais également les éventuels contrats de retraite supplémentaire qu'il détient.
 
La mise en place de ce dispositif est prévue au plus tard pour le 28 août 2022.

Transmission de l’information par l’employeur

Dans un objectif de prévention de cette déshérence et de l’information du salarié en amont , la loi inclut en son article 2 une obligation d’information de l’employeur envers son salarié via l’état récapitulatif reçu au départ de l’entreprise. Ainsi dans le document du solde de tout compte, l’employeur sera tenu de préciser les éventuels contrats de retraite supplémentaire dont le salarié est bénéficiaire.
 
“Alors que le phénomène de déshérence vient notamment du fait que les employés peuvent ne pas être informés de l’existence de contrats de retraite supplémentaire souscrits en leur nom par un employeur, ce dispositif complémentaire à celui, central, de l’article 1er, devrait contribuer à limiter le phénomène à la sourceprécisait M. Daniel Labaronne, rapporteur, lors de l’examen en commission.
 
Les employeurs seront tenus de communiquer suffisamment sur les avantages mis en place au profit de leurs collaborateurs. Cette règle est effective depuis la promulgation de la loi.
 

SCPI Novapierre Allemagne 2 : réouverture et nouveautés

SCPI Novapierre Allemagne 2 : réouverture et nouveautés
2021-04-28 07:17:00



Le 18 décembre 2020, la société de gestion Paref annonçait la suspension des souscriptions pour sa SCPI Novapierre Allemagne 2. Plusieurs raisons ont été données mais les difficultés liées à la Covid-19 et l’importante collecte en sont les principales.

Aujourd’hui, la SCPI ouvre à nouveau ses portes aux futurs souscripteurs. Sa remise sur le marché s’accompagne de belles opportunités, en termes d’acquisition, en Allemagne où le marché de l’immobilier est résilient, mais pas seulement.

Un besoin de prendre du recul

La SCPI Novapierre Allemagne 2

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Novapierre Allemagne 2 est une SCPI lancée en avril 2019, après le succès de Novapierre Allemagne première génération. Investie à 100% sur des actifs de commerce, situés en Allemagne, elle conserve cette stratégie d’investissement établie depuis janvier 2014.

Novapierre Allemagne 2 se positionne sur des actifs immobiliers commerciaux. En contrepartie d’un risque de perte en capital, elle permet à l’épargnant :
 

  • d’investir indirectement dans un patrimoine immobilier physique hors de France
  • de profiter de l’attraction du marché immobilier allemand
  • de bénéficier d’une fiscalité réduite sur les dividendes allemands perçus et de l’absence de CSG et CRDS (prélèvements sociaux) en France


Cette SCPI est un support d’investissement de long terme. La durée de placement recommandée est de 10 ans minimum

Une anticipation des difficultés

Les mesures sanitaires, mises en place durant la crise sanitaire de la Covid-19, se sont avérées très restrictives en Allemagne. Les confinements successifs étaient beaucoup plus stricts qu’en France. Seuls les actifs de commerce de première nécessité ont pu tirer leur épingle du jeu, en gardant leurs portes ouvertes. Une aubaine pour la SCPI Novapierre Allemagne 2 qui est spécialisée dans ce secteur.

Cependant, face à la situation incertaine, la hausse des prix de l’immobilier et avec 80 millions d’euros de trésorerie, Paref avait décidé de jouer la sécurité en suspendant les souscriptions de Novapierre Allemagne 2. Cette initiative avait notamment pour objectif d’éviter de diluer la performance pour les associés déjà présents.

Trois actifs dans le viseur

Le 1er avril 2021, la SCPI fait son grand retour sur le marché de l’investissement en immobilier. Encouragée par des signes positifs, envoyés par la reprise du marché immobilier, elle a pu émettre des offres sur différents actifs.

Trois ont retenu l’attention et une promesse a été signée :
 

  • Un centre commercial de proximité situé au cœur de Nuremberg.


Ses atouts : une durée de bail résiduelle, une localisation stratégique et un taux d’occupation élevé. La promesse a été signée le 26 mars 2021.

Surface locative : 12 200 m² - Durée résiduelle des baux : 7,3 ans - Taux de rendement acte en main (TAEM) : > 5,25 % - Montant de l’acquisition : 28 M€
 

  • Un petit centre commercial dans une ville thermale et touristique de la région de Thuringe


Ses atouts : dynamisé par une grande enseigne agroalimentaire qui a prolongé son bail et a décidé d’entreprendre des travaux d’amélioration de sa surface de vente.

Surface locative : 8 300 m² - Durée résiduelle des baux : 7,4 ans - Taux de rendement acte en main (TAEM) : 5,4 % - Montant de l’acquisition : 16,6 M€
 

  • Un centre commercial en périphérie de Rotterdam aux Pays-Bas


Ses atouts : la tension sur les marchés de l’investissement allemand et la concentration accrue des investisseurs sur les actifs de commerces engendrent un élargissement de la zone d’acquisition. Les Pays-Bas sont restés l’un des pays les plus performants d’Europe pendant la crise sanitaire.

Le paysage du commerce hollandais est caractérisé par une structure planifiée liée directement aux densités démographiques de la population. Les consommateurs doivent pouvoir faire leurs achats quotidiens dans un rayon proche de leur domicile. Il y a 43 millions de m² de surface commerciale, soit 2,5m² par habitant.

Pour l’épargnant, la méthode de calcul est un peu différente de celle utilisée en Allemagne mais l’avantage fiscal reste le même.

Surface locative : 20 000 m² - Durée résiduelle des baux : 5,2 ans - Taux de rendement acte en main (TAEM) : 7% - Montant de l’acquisition : 47 M€

Le point sur le marché allemand

En 2020, l’Allemagne est le deuxième pays de l’investissement immobilier. Nos voisins allemands se positionnent juste derrière les Etats-Unis. Une tendance qui est toujours d’actualité, même pendant la crise.

Une baisse pondérée

Malgré une baisse du PIB de 5,3% en 2020, une croissance de 3% est prévue en 2021. L’Allemagne est dans une position assez favorable pour conserver sa place de quatrième puissance économique à l’échelle mondiale.

Concernant le chômage, le pays d’Outre Rhin affiche un taux relativement bas de 4,4%. Ce chiffre lui permet d’être en compétitivité accrue face à ses voisins européens. La dynamique du marché économique reste positive malgré un nouveau recours au confinement.

Le plan de relance

Ce sont plus de 1 300 milliards d’euros qui ont été débloqués pour relancer l’économie allemande. A ce jour, la dette publique est conséquente, elle représente 75% du PIB soit 15 points de plus par rapport à 2020.

La solution envisagée par le gouvernement est de modifier le frein à la dette afin que le déficit public ne se réduise pas de manière trop brutale. Cette mesure est prévue pour 2022 et le ministre des Finances prévoit de lever 450 milliards d’euros de dettes sur trois ans.

Le marché de l’investissement immobilier

Au niveau du secteur tertiaire (à savoir les bureaux, les activités et les commerces), le volume d’investissement se situe aux alentours de 59,2 milliards d’euros pour l’année écoulée. Soit une baisse de 5,5% par rapport à l’année précédente. Pour avoir un ordre d’idée, en France, la baisse est de l’ordre de 22%.

Cependant, il faut savoir que ce maintien à la surface est essentiellement dû à une activité extrêmement soutenue en début d’année 2020. Au quatrième trimestre 2020, la chute est beaucoup plus importante avec -63% par rapport au même trimestre en 2019.

En ce qui concerne le marché du commerce, une augmentation de 3,9% a été enregistrée sur les volumes de vente des biens et marchandises en 2020. Mais le confinement initié début décembre 2020, et qui persiste au mois d’avril 2021, vient d’ores et déjà casser cette dynamique. Le mois de décembre a montré une baisse de 9,6% face à novembre.

Des performances futures plus que prometteuses

Cependant, il est encore trop tôt pour tirer un bilan de l’impact que cela pourrait avoir sur les actifs de commerce. Plus de 12,3 milliards d’euros ont été investis en 2020, une augmentation de 21% en comparaison avec 2019. Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à cibler le commerce, et poursuivent cette stratégie malgré l'incertitude.

C’est pour cette raison que Novapierre Allemagne 2 préfère anticiper et élargir son horizon d’investissement à travers l’Europe et notamment les Pays-Bas. Paref Gestion a estimé le Taux de Distribution sur Valeur de Marché à 2,5% pour 2021.

Néanmoins, en souscrivant des parts de SCPI Novapierre Allemagne 2 au mois de mai, les épargnants entreront en jouissance au 1er novembre 2021 (le 1er jour du 5ème mois). Et pour ce quatrième trimestre de l’année 2021, promet une performance de 3,6%. C’est le moment opportun pour investir, d’autant que la société de gestion prévoit d’amener la SCPI sur un rythme de 4,5% annualisé.


 



Cristal Life : une SCPI au service des besoins humains

Cristal Life : une SCPI au service des besoins humains
2021-04-15 07:10:05



Inter Gestion lance sa nouvelle SCPI qui répond aux besoins essentiels à la vie des personnes : s’alimenter, se loger et se protéger.

En effet, Cristal Life a pour but de créer un patrimoine immobilier à partir d’actifs de commerces, de logistique, résidentiels et tertiaires.

Grâce à cette stratégie, Cristal Life va se constituer un parc immobilier diversifié, comme il en existe peu sur le marché !

Qui gère la SCPI ?

Un acteur principal du secteur

Cristal Life est gérée par Inter Gestion, un acteur reconnu depuis plus de 30 ans. En effet, depuis plusieurs années, la société s’impose dans le domaine des SCPI diversifiées et de défiscalisation. Elle s'est toujours démarquée par sa gestion prudente et son sens de l'innovation, constituant au fil du temps un patrimoine diversifié et de qualité.

Bénéficiant d'une forte expérience

Inter Gestion gère à l’heure actuelle de multiples SCPI, ce qui représente un patrimoine de plus de 600 millions d’euros. Parmi celles-ci, on retrouve Cristal Rente, une SCPI diversifiée et différenciante, qui atteste de l'expérience de la société de gestion auprès d’actifs alimentaires, de logistique et de santé.
 

Dans quoi la SCPI va-t-elle investir ?

Un patrimoine diversifié

En investissant dans l’alimentaire, le logement, la santé et les activités professionnelles ou encore les loisirs, la SCPI réunit les actifs dont nous avons besoin quotidiennement. Des actifs qui se sont montrés résilients et essentiels face à la crise du covid 19.

Cristal Life n'est pas qu'une SCPI de santé comme peut l'être Pierval Santé (Ehpad, cliniques ...) ni comme la SCPI Primovie qui se concentre aussi sur l'éducation. Cristal Life intègre le résidentiel et les commerces alimentaires proche de son habitation.
 

Cibler des actifs à vocation résidentielle

Encore en 2021, la demande de logements se retrouve largement supérieure à l’offre dans la France entière et particulièrement dans les grandes villes. Cette demande toujours soutenue, permet aux actifs jouissant d’une bonne situation, d’offrir un rendement stable et des perspectives de valorisation à terme.
 

Investir dans la chaîne alimentaire

Nous l’avons vu lors de cette crise sanitaire liée au Covid-19, les actifs liés à des besoins essentiels comme l'alimentation ont su se montrer résilients. Ainsi, la consommation des biens essentiels dans des enseignes reconnues apporte aux murs de commerce un rendement élevé sur du long terme.

De plus, les besoins des consommateurs nécessitent de maîtriser les codes de la logistique et donc la stratégie du dernier kilomètre, qui est de plus en plus sollicitée. Ce qui signifie que les entrepôts idéalement situés, proches des grosses métropoles et d’importantes enseignes proposent des rendement élevés.
 

Répondre aux besoins sanitaires

Les besoins en termes de santé ne cessent de croître, liés à la croissance mais également à l’allongement de la durée de vie. Les biens immobiliers de santé apportent une réponse spécifique et socialement utile à ces enjeux multiples.

Cristal Life investit dans des actifs de bureaux liés au domaine de la santé, qui offrent des opportunités d’investissement durable. Par exemple, nous retrouverons parmi ces actifs des regroupements médicaux.
 

Un label ISR en vue

À travers cette nouvelle SCPI, la société de gestion souhaite poursuivre ses engagements et devrait obtenir le label ISR pour la fin de l’année.

De plus, Cristal Life a mis en place un fonds de partage, elle reversera 5 euros tous les 1.000 euros de résultat distribuable à des organismes reconnus, comme l'institut Curie qui œuvre dans la recherche médicale, ou encore Habitat et Humanisme pour lutter contre la précarité dans le domaine résidentiel.
 

Où la SCPI va-t-elle acheter des biens immobiliers ?

Pour son lancement, Cristal Life investira essentiellement en France. Sa volonté est de se diversifier dans les grandes métropoles européennes (Allemagne, Espagne, Italie, Portugal) à hauteur de 25% de son patrimoine immobilier, sur un horizon de 5 ans.

Cette stratégie de localisation géographique et de diversification s’inscrit dans une optique de gestion du patrimoine sur le long terme, selon l’évolution des cycles qui caractérisent l’évolution des marchés immobiliers.

Quel rendement attendre ?

Cristal Life vise un objectif de rendement annuel de 5% net de frais de gestion et brut de fiscalité française, et un TRI de 7,50% sur 10 ans.

Inter Gestion mise à la fois sur le rendement mais également sur la valorisation des actifs détenus et notamment dans le secteur résidentiel.

Nous vous rappelons que lorsqu’Inter Gestion annonce un objectif de rendement, cela n'entraîne aucune garantie. Comme tout investissement immobilier, le capital n’est pas garanti et la valeur de la part ainsi que les dividendes qui y sont attachés peuvent varier à la hausse comme à la baisse.

Quels sont les frais ?

  • Les frais de souscription sont de 12% TTI (toutes taxes incluses)

Cette commission est destinée à rémunérer la recherche des capitaux et les frais engendrés par les acquisitions.
 

>> Offre spéciale pour les premiers souscripteurs :


Prix de souscription : 196€ au lieu de 200€

Frais de souscription réduit à 10% au lieu de 12%

Cette offre spéciale est accessible uniquement jusqu'à la fin de l'année à compter du lancement de la SCPI et réservée aux clients de Patrimea.

 

  • La commission de gestion est de 13,2% TTC

Ces frais couvrent l’administration de la SCPI, l’information régulière des associés, la préparation de toutes réunions ou assemblées, la distribution et l’encaissement des revenus et autres produits ainsi que la gestion du patrimoine immobilier.
 

Y-a-t-il un montant minimum de souscription ?

Le montant minimum de souscription est d'une part soit 200 euros (196€ jusqu'au 31 décembre 2021) tous frais compris.

Chaque personne déjà associée de cette SCPI peut souscrire une part ou plus.
 

Quelles sont les autres caractéristiques importantes ?

Type de capital, délai de jouissance … tout ce qu'il faut savoir sur la SCPI Cristal Life :

  • SCPI de rendement diversifiée à capital variable
  • Délai de jouissance : 1er jour du 6ème mois
  • Dividendes trimestriels
  • Versements programmés possibles
  • Prix de retrait : 176 euros
     

Cliquez ici pour connaître le lexique lié aux SCPI.
 

Quelle est la durée minimum d’investissement ?

Vous avez la possibilité de revendre vos parts à tout moment. L’argent investi n’est jamais bloqué.

Cependant, s’agissant d’un investissement immobilier, nous vous recommandons de détenir les parts de cette SCPI à minima 10 ans.

L’associé dispose de deux moyens :

  • Le remboursement avec le concours de la société de gestion. La société de gestion ne garantit pas la revente
  • La vente des parts (cession) en cherchant soi-même un acheteur, cette cession s'opérant sans l’intervention de la société de gestion.
     

Un non résident fiscal français peut-il souscrire à cette SCPI ?

Oui. Un non-résident fiscal français ou un étranger peut acheter des parts de la SCPI.

Cependant, la société de gestion se réserve le droit de ne pas accepter les souscriptions provenant de pays imposant des obligations spécifiques, comme les US Person.
 

Faut-il souscrire dès le lancement ?

Plusieurs indicateurs sont au vert pour acheter des parts de la SCPI Cristal Life dès son lancement :

  • Une SCPI diversifiée : vous l’aurez compris, un des points forts de Cristal Life est son positionnement sur des secteurs variés et surtout résilients, tels que la santé, la logistique et les commerces alimentaires de proximité. A ce jour, peu de SCPI proposent une réelle diversification dans ces domaines.
  • Des frais de souscription réduits : 2% de réduction sur le prix de souscription. Cet élément ne doit pas être l’unique facteur décisionnel au regard de l’horizon long terme de détention des parts mais il s’agit là d’une opportunité intéressante.
  • L'expérience du gérant : Inter Gestion a su prouver, depuis plusieurs années, sa capacité à se positionner sur des biens immobiliers diversifiés tels que des commerces de proximité, des EHPAD, des bureaux.... De plus, la qualité de cette société de gestion se reflète dans la résilience et la rentabilité des autres SCPI gérées.



Sofidy Europe Invest : la nouvelle SCPI européenne

Sofidy Europe Invest : la nouvelle SCPI européenne
2021-04-09 16:04:04



Une nouvelle venue fait son apparition dans le paysage des SCPI européennes. Il s’agit de Sofidy Europe Invest.

Le continent européen reste un marché d’avenir et de nombreux épargnants souhaitent élargir leurs frontières d’investissement.

Entre forte attractivité, diversification attrayante et fiscalité intéressante, il n’en faut pas plus pour convaincre la société de gestion Sofidy. Découvrez notre avis sur ce nouveau placement immobilier.
 

Qui gère la SCPI ?

La SCPI Sofidy Europe Invest est gérée par la société de gestion Sofidy. Qui ne connaît pas Sofidy dans le monde des SCPI ?
 

Un gérant historique

Depuis 1987, Sofidy gère des fonds immobiliers pour le compte de particuliers et d’institutionnels.

La célèbre Immorente, une des plus grosses SCPI du marché avec une capitalisation de 3,5 milliards d’euros au 31 décembre 2020, n’a jamais vu son prix de part baisser depuis sa création en 1988.

Rien que sur les SCPI Immorente et Efimmo 1, fleurons de Sofidy, c’est plus de 53.500 épargnants ayant décidé de confier leur argent à ce gérant. Un gage de confiance !
 

Une présence et une expertise hors des frontières

Sofidy dispose de 4 bureaux en France : à Paris, Lyon, Nantes, Bordeaux et Aix-en-Provence. Mais surtout d’une véritable présence à l’étranger, par son actionnaire de référence, Tikehau, à Munich, Bruxelles, Amsterdam, Luxembourg, Londres, Milan et Madrid. Cette présence hors de nos frontières garantit à l’investisseur, un suivi local au plus près des biens immobiliers acquis.

Avec plus d’1 milliard d’euros d’investissement immobilier dans l’espace économique européen dont plus de 250 millions d’euros en 2020, la société de gestion démontre sa capacité à investir avec succès hors de France.
 

Dans quoi la SCPI va-t-elle investir ?

La SCPI a pour objet l’acquisition et la gestion d’un parc immobilier locatif.

La SCPI investit de manière diversifiée dans les principales typologies d’immobilier locatif à travers des murs de commerces, de bureaux, de logistique et d’activités, de santé, de loisirs et de logement

Les immeubles cibles auront une valeur comprise entre 5 et 30 millions d’euros avec un profil d’investissement Core+, une plus forte volatilité du rendement en contrepartie d’une revalorisation de la valeur des biens et travaux légers à mener.

Les critères clés d’investissement sont liés à la qualité de l’emplacement, de l’actif et des locataires tels que :

  • Immeuble générant un flux locatif pérenne
  • Bonne qualité intrinsèque (architecture, conception…)
  • Solidité des locataires
  • Actif loué à loyer de préférence inférieur ou égal à la valeur locative de marché
     

Où la SCPI va-t-elle acheter des biens immobiliers ?

Les biens immobiliers seront situés principalement dans les grandes villes de l’espace économique européen, dont le Royaume-Uni et la Suisse.

La France ne pourra pas représenter plus de 20% du total des actifs de la SCPI.

La SCPI pourra acquérir des biens immobiliers dans une devise autre que l’euro sans que cela ne puisse dépasser 20% de la valeur totale des biens immobiliers du fonds.

Quel rendement attendre ?

L’objectif de rendement de la SCPI est de 5% net de frais de gestion et net de fiscalité étrangère. Investir dans cette SCPI européenne offre à ses associés une fiscalité avantageuse sur les revenus étrangers issus des loyers, comme l’absence de prélèvements sociaux.

Les loyers des immeubles situés à l’étranger subissent des prélèvements à la source, réglés par la SCPI, qui sont neutralisés en France soit par l’octroi d’un crédit d’impôt sur la déclaration d’impôt sur les revenus, soit par le mécanisme du taux effectif (revenus étrangers non imposables en France mais pris en compte pour le calcul du taux effectif d’imposition).

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures de Sofidy Europe Invest. Comme tout investissement immobilier, le capital n’est pas garanti et la valeur de la part ainsi que les dividendes qui y sont attachés peuvent varier à la hausse comme à la baisse.
 

Quels sont les frais ?

  • Les frais de souscription sont de 9% HT (soit 10,8% TTC).

Cette commission est destinée à rémunérer la recherche des capitaux et les frais engendrés par les acquisitions.
 

>> Offre spéciale pour les premiers souscripteurs :


Prix de souscription : 223,25€ au lieu de 235€

Frais de souscription réduit à 5% au lieu de 9%

Cette offre spéciale est accessible uniquement sur les 45 premiers jours à compter du lancement de la SCPI et réservée aux clients de Patrimea.


Patrimea se réserve le droit de mettre fin à cette offre spéciale si le montant des 20 millions d’euros est atteint avant la date indiquée ci-dessus.

  • La commission de gestion est de 12% HT (soit 14,4% TTC).

Ces frais couvrent l’administration de la SCPI, l’information régulière des associés, la préparation de toutes réunions ou assemblées, la distribution et l’encaissement des revenus et autres produits ainsi que la gestion du patrimoine immobilier.
 

Y-a-t-il un montant minimum de souscription ?

Le montant minimum de souscription est de 10 parts soit 2.350 euros, tous frais compris.

Chaque personne déjà associée de cette SCPI peut souscrire une part ou plus.
 

Quelles sont les autres caractéristiques importantes ?

Type de capital, délai de jouissance … on vous dit tout sur la SCPI Sofidy Europe Invest.

  • SCPI de rendement diversifié à capital variable
  • Délai de jouissance : 1er jour du 4ème mois
  • Dividendes trimestriels
  • Prix de retrait : 211,5 euros
     

Quelle est la durée minimum d’investissement ?

S’agissant d’un investissement immobilier, nous vous recommandons de détenir les parts de cette SCPI à minima 8 ans.

L’argent investi n’est jamais bloqué. Vous pouvez revendre vos parts à tout moment.

L’associé dispose de deux moyens :

  • Le remboursement avec le concours de la société de gestion. La société de gestion ne garantit pas la revente
  • La vente des parts (cession) en cherchant soi-même un acheteur, cette cession s'opérant sans l’intervention de la société de gestion.
     

Un non résident fiscal français peut-il souscrire à cette SCPI ?

Oui. Un non-résident fiscal français ou un étranger peut acheter des parts de la SCPI.

Cependant, la société de gestion se réserve le droit de ne pas accepter les souscriptions provenant de pays imposant des obligations spécifiques, comme les US Person.
 

Faut-il souscrire dès le lancement ?

Plusieurs facteurs nous incitent à acheter des parts de la SCPI Sofidy Europe Invest à son lancement :

  • Des frais de souscription réduits : 5% (au lieu de 9%) soit l’équivalent de plus d’une année de rendement. Cet élément ne doit pas être l’unique facteur décisionnel au regard de l’horizon long terme de détention des parts mais il s’agit là d’une opportunité intéressante
  • La qualité du gérant : Sofidy a prouvé depuis plusieurs années sa capacité à acheter des biens immobiliers hors de France et la résilience de la rentabilité des autres SCPI gérées depuis plusieurs années.
  • Une présence locale dans de nombreux pays d’Europe répondant ainsi au vieil adage : “L’immobilier est mieux gérer lorsque l’on est sur place” !
  • Anticiper une première année favorable au niveau de la rentabilité avec le mix délai de jouissance, premières acquisitions rapides et relutives et premiers dividendes distribués à un nombre limité d’associés
     

Déclaration fiscale 2021 : le calendrier et les nouveautés

Déclaration fiscale 2021 : le calendrier et les nouveautés
2021-04-09 14:14:00







La période des déclarations fiscales est officiellement ouverte depuis ce jeudi 8 avril 2021.

Chers contribuables, vous disposez de quelques semaines pour remplir les différentes liasses et signer votre déclaration de revenus.

Retrouvez votre numéro fiscal à 13 chiffres (il figure sur votre avis d’imposition) et connectez-vous à votre espace privé sur le site https://www.impots.gouv.fr/portail/

Les dates limites de dépôt de la déclaration des revenus 2021

Déclaration papier

Le délai de souscription de la déclaration d’ensemble des revenus expire le 20 mai 2021 à minuit.

Déclaration en ligne

Si vous déclarez en ligne, vous bénéficiez de délais supplémentaires. Trois dates limites sont fixées selon le département dans lequel se situe votre domicile au 1er janvier 2021 :

  • Départements 01 à 19 et non-résidents : 26 mai 2021
  • Départements 20 à 54 : 1er juin 2021
  • Départements 55 à 976 : 8 juin 2021

La déclaration 2021 des revenus perçus en 2020 simplifiée

Depuis la mise en place du prélèvement à la source, le paiement de votre impôt sur le revenu est facilité et s'adapte à l'évolution de vos revenus et de votre situation au cours de l'année.

Cependant, la déclaration de ses revenus en année N+1 est toujours indispensable pour faire le bilan de l'année écoulée et régulariser l’impôt. Vous obtiendrez soit un remboursement de l’impôt trop payé, ou bien vous devrez vous acquitter du delta de l’impôt restant dû. Cette déclaration permet de mettre à jour votre taux de prélèvement à la source.

Et comme l’année dernière, la déclaration sera simplifiée grâce à la déclaration automatique. N’oubliez pas de vérifier les informations, et les corriger en cas de pré-remplissage erroné.

Les nouveautés fiscales sur les revenus 2020

Modification des tranches du barème de l’impôt sur le revenu

Le taux de seconde tranche passe de 14% à 11%. Le calcul de la décote est ainsi modifié.

Exonération de certaines primes et heures supplémentaires

Les heures supplémentaires travaillées entre le 16 mars et le 10 juillet 2020 sont exonérées à hauteur de 7 500 €. [rubrique 1GH à 1JH]

La prime exceptionnelle “Macron” de 1 000 € (jusqu’à 2 000 € sous conditions) est exonérée d’impôt sur le revenu.

Certaines primes exceptionnelles “Covid”, versées par l’Etat aux personnels soignants, sont également exonérées.

Déblocage anticipé des contrats Madelin et PERin pour les TNS

Les Travailleurs Non Salariés (TNS) ont pu demander le déblocage anticipé de leur contrat Madelin jusqu’au 31.12.2020, dans la limite de 8 000 € (sous conditions). L’exonération de ce capital récupéré se limite à 2 000 €. Le delta supérieur est taxé à l’impôt sur le revenu.

Taux de réduction pour les FIP et FCPI

Les souscriptions FIP classiques et FCPI réalisées entre le 10/08/2020 et le 31/12/2020 ouvrent droit à une réduction d’impôt au taux de 25%.
Les souscriptions FIP Corse et FIP Outre Mer réalisées entre le 10/08/2020 et le 31/12/2020 ouvrent droit à une réduction d’impôt au taux de 30%.

Revenus des apprentis et étudiants à déclarer

Les revenus des apprentis et des étudiants doivent désormais être déclarés dans la totalité. Le montant de l'abattement applicable à chaque catégorie de revenus sera déduit des revenus pour le calcul du montant imposable.

Simplification de la déclaration des comptes à l’étranger

Le formulaire 3916, permettant de déclarer les comptes à l'étranger, est simplifié. Seules les rubriques sélectionnées par le contribuable apparaîtront sur son interface.

Les points d’attention

Vous devez porter une attention particulière à votre déclaration lorsque votre situation fiscale est spécifique. Il nous est impossible d’être exhaustif dans cet article mais nous souhaitons tout de même mettre en exergue certains points.

Versement PER : n’oubliez pas de les déclarer

Les cotisations versées en 2020 sur les nouveaux produits d’épargne retraite doivent être déclarés dans le formulaire 2042 rubrique 6 pour bénéficier de la déduction fiscale.

Si votre plafond d’épargne retraite disponible n’est pas suffisant pour absorber l’intégralité de votre versement PER, vous pouvez utiliser le plafond disponible de votre conjoint en demandant la mutualisation des plafonds (case 6QR).

Les versements PER réalisés par les TNS déductibles de leurs revenus professionnels doivent être déclarés en case 6OS ou 6OT. Attention : seule la fraction correspondante à 15% de la quote-part du bénéfice imposable comprise entre 1 PASS et 8 PASS doit être reportée dans ces cases.

Remarque : Votre déclaration de revenu est peut être déja pré-remplie avec les montants versés sur vos plans d’épargne retraite. Vérifiez les montants, et assurez-vous que vos versements libres et programmés ont été comptabilisés.

 
Flat tax ou barème progressif : vérifiez l’opportunité

Par principe les gains et revenus de valeurs mobilières sont taxés à la flat tax , aussi appelé prélèvement forfaitaire unique , au taux de 12,8%. Sous ce régime de flat tax, aucun abattement n’est appliqué sur l’assiette taxable.

Le contribuable a toutefois la possibilité d’opter pour l’imposition de ces revenus de capitaux mobiliers au barème de l’impôt sur le revenu. Cette option est globale et s’exerce en cochant la case 2OP.

Pour rappel,

  • Flat tax : taux d’impôt de 12,8% sans CSG déductible et sans abattement
  • Option pour le barème de l’IRPP : taux d’imposition selon votre Tranche Marginale d’imposition, l’assiette taxable est diminuée par des abattements, et une quote-part de la CSG est déductible.

A titre d’exemple, voici la pression fiscale subie sur les dividendes en fonction de l’option choisie.

Transfert de l’assurance vie vers le PER : remplissez les bonnes cases

Un dispositif fiscal avantageux temporaire a été prévu en cas rachats des sommes investies sur un contrat d'assurance-vie pour les verser sur un PER

Les conditions à respecter sont les suivantes:

  • Il doit s’agit d’un rachat total ou partiel sur le contrat d’assurance vie ou de capitalisation
  • Ce contrat doit avoir + de 8 ans
  • Le contribuable souscripteur doit avoir moins de 57 ans
  • L'intégralité de la somme rachetée doit être reversée sur un PER avant le 31 décembre de l’année du rachat.


Dans cette hypothèse, les abattements annuels sont doublés : soit 9 200 € pour les contribuables célibataires, veufs ou divorcés et 18 400 € pour les contribuables soumis à imposition commune.
L'abattement ne s'applique pas aux prélèvements sociaux, qui restent dus. Les cases 2RA à 2RD du formulaire 2042 C devront être complétées.

Revenus de SCPI de source étrangère : des formulaires spécifiques existes

Les SCPI, aussi appelées immobilier pierre-papier, peuvent détenir des actifs immobiliers situés à l’étranger. Les revenus de source étrangère devront être déclarés dans le formulaire 2047

Pour les revenus en provenance d’Allemagne, d’Espagne, de la Slovénie, l'Italie, d’Estonie, de la Lettonie, du Royaume-Uni, de la Norvège et la Lituanie :

  • rubrique 4 “Revenus fonciers imposables en France”
  • rubrique 6 “Revenus imposables de source étrangère ouvrant droit à un crédit d’impôt égal au montant de l’impôt français correspondant à ces revenus”

Pour les revenus en provenance des Pays-Bas, du Portugal, de Belgique, de l’Irlande, la Finlande et la Pologne

  • rubrique 8 “Revenus exonérés pris en compte pour le calcul du taux effectif”

Sortie du PER en capital : pensez à déclarer cette somme

Pour les contribuables, qui ont demandé la sortie en capital du PER (en totalité ou en fractionné), des nouvelles cases ont été ajoutées dans les formulaires 2042.

  • La partie correspondante aux versements ayant fait l’objet d’une déduction est imposée au barème dans la catégorie des pensions sans abattement de 10 % en case 1AI ou 1BI

  • La partie correspondante aux produits est imposée au taux forfaitaire de 12,8 % ou, sur option globale, au barème progressif en case 2TZ.

Remarque : Ne déclarez pas le capital versé à l’échéance (ou anticipé pour l’acquisition de la résidence principale) d’un PERO, PERIN, PERECO provenant de l’épargne salariale et exonéré d’impôt sur le revenu.

En cas de sortie anticipée pour accident de la vie (décès du conjoint, invalidité, surendettement, expiration des droits chômage, liquidation judiciaire), il n’est pas nécessaire de déclarer le capital.


Retenue à la source des non résidents : nouveau barème 2021

Retenue à la source des non résidents : nouveau barème 2021
2021-03-19 09:16:49



Une expatriation ne vous exempte pas obligatoirement d’impôt en France. Si vous continuez d’avoir des intérêts en France, et plus particulièrement des revenus de source française, vous pouvez être assujetti à l’impôt français.

Pensions de retraite, salaire et autres revenus assimilés sont soumis à une retenue à la source. Les autres revenus imposables en France supportent un impôt minimum de 20%. Une alternative ? Optez pour le taux moyen d’imposition.

Actualisation du barème de la retenue à la source des non-résidents

Pour les revenus perçus au cours de l’année 2021, les tranches du barème de la retenue à la source des non-résidents fiscaux ont été revalorisées de 0,2%.

Le barème est donc le suivant :

Taux applicable (1)
Année Trimestre Mois
Semaine Jour
0% Moins de 15.018€ Moins de 3.755€
 
Moins de 1.252€ Moins de 289€ Moins de 48€
12% De 15.018€ à 43.563€ De 3.755€ à 10.891€ De 1.252€ à 3.630€ De 289€ à 838€ De 48€ à 140€
20% Au-dessus de 43.563€ Au-dessus de 10.891€ Au-dessus de 3.630€ Au-dessus de 838€ Au-dessus de 140€

Les taux de 12% et 20% sont réduits à 8% et 14,4% dans les départements d’Outre-Mer.

Les organismes collecteurs, que sont les employeurs et les caisses de retraite, prélèvent donc à la source l’impôt sur le revenu. Cette retenue est opérée sur le salaire net imposable, après déduction de 10% pour frais professionnels.

Source LOI n° 2020-1721 du 29 décembre 2020 de finances pour 2021


Si vos revenus sont supérieurs à la dernière tranche, la fraction excédentaire est imposée au barème progressif avec les autres revenus de source française.

Taux minimum de 20% pour les autres revenus

Les autres revenus français tels que les revenus locatifs (revenus fonciers pour la location nue et BIC pour la location meublée) sont soumis à un taux minimum d’imposition de 20% jusqu'à 25.711€ de revenu net imposable, puis à 30% au-delà.



Les prélèvements sociaux ne sont pas à oublier : CSG, CRDS et prélèvements de solidarité au taux de 17,2% peuvent être dus sur vos revenus immobiliers. 

Une exonération de CSG - CRDS est possible pour les personnes affiliées à un régime de sécurité sociale au sein de l’Espace Economique Européen.


Le taux moyen d’imposition comme alternative

Si les règles d’imposition précédemment édictées entrainent une pression fiscale trop importante, les non-résidents ont la faculté de demander l’application du taux moyen d’imposition.

Ce taux moyen d’imposition est déterminé en appliquant le barème classique de l’impôt sur le revenu des résidents fiscaux sur les revenus mondiaux (français et étrangers) du contribuables expatriés. Puis ce ratio d’imposition, aussi appelé “taux moyen”, n’est appliqué qu’aux revenus effectivement imposables en France.

Un doute subsistait sur l’application du taux moyen pour les personnes expatriées qui ne percevaient que des revenus de source française. En effet l’article 197 A du CGI, qui utilisait l’emploi du “ou” alternatif, ne semblait pas en adéquation avec les communications de l’administration sur la notion de cumul “revenus français et étrangers”.
 


Article 197 A

[...] toutefois, lorsque le contribuable justifie que le taux de l'impôt français sur l'ensemble de ses revenus de source française ou étrangère serait inférieur à ces minima, ce taux est applicable à ses revenus de source française. [...]


Le doute a été levé grâce à la réponse ministérielle Renaud-Garabedian, 29 oct. 2020, JO Sénat n°12429

En présence uniquement de revenus de source française, le dispositif de l'article 197 A a vocation à s'appliquer si le contribuable justifie que le taux de l'impôt français sur l'ensemble de ses revenus de source française ou étrangère serait inférieur à ces minimas. Il n'est donc pas obligatoire de disposer d'autres revenus que ceux de source française pour pouvoir bénéficier de cette disposition et du bénéfice du taux moyen.

Faites vous accompagner dans votre déclaration

Les liasses fiscales étant de plus en plus complexes, nous vous invitons à vous entourer de professionnels pour établir votre déclaration fiscale et ainsi limiter les erreurs.

Certains de nos clients ont vu leur pression fiscale explosée à cause d’erreurs dans leur remplissage des déclarations. Nous les avons alors accompagnés sur des déclarations rectificatives et avons ainsi pu obtenir le remboursement du trop payé.

Faites appel aux conseillers de Patrimea qui seront ravis de vous accompagner dans la procédure de déclaration de vos revenus (sous la forme d’une consultation fiscale avec paiement d’honoraires).


 

Meilleures SCPI en 2020 : le vrai classement enfin dévoilé !

Meilleures SCPI en 2020 : le vrai classement enfin dévoilé !
2021-03-12 13:29:00




Vous l’attendiez tous, il arrive enfin : le classement 2020 des meilleures SCPI de rendement. Suite au succès de la publication de ce palmarès l’année passée, nous réitérons l’exercice en ce début d’année 2021.

Ce classement suit une méthodologie simple et transparente pour l’épargnant : un comparatif précis qui regroupe les données essentielles !


Sur quelle SCPI fallait-il miser en 2020 ?

L’offre en SCPI est de plus en plus abondante sur le marché et il n’est pas aisé pour comprendre et analyser toutes les informations communiquées.


Une analyse précise de nos experts

Le classement se base sur le taux net de fiscalité étrangère distribué, c’est-à-dire, le revenu effectivement perçu par l’associé de la SCPI sur son compte courant tous les mois ou tous les trimestres.

Nos experts ont aussi analysé dans ce taux de rendement distribué, la part provenant des loyers des biens immobiliers et la part issue de revenus exceptionnels comme un placement de trésorerie ou de vente d’immeubles. Cet élément offre à l’épargnant une meilleure visibilité sur le rendement attendu sur le moyen terme.


Une décomposition des données

La variation du prix de la part en 2020 est mentionnée à part car trop souvent incluse dans un chiffre global incluant aussi le taux distribué. La décomposition donne une bonne indication sur le rendement à venir en 2021, ou les années suivantes, sachant qu'il est fort probable que la part de la SCPI varie différemment.

Enfin, nous précisons volontairement la quote part des immeubles à l’étranger de chaque SCPI. Pourquoi ? Le gain fiscal est très avantageux sur les revenus étrangers avec par exemple une absence de prélèvements sociaux (CSG et CRDS) dans la grande majorité des cas.
 

Le classement 2020
 

SCPI Taux de distribution net de fiscalité étrangère Loyer distribué Plus value distribuée Variation du prix de part Catégorie Capitalisation Quote part à l'étranger
Eurion 8,88% 8,88% 0% 0% Diversifiée 108,3 M€ 100%
Kyaneos Pierre 6,10% 6,10% 0% +1,92% Résidentiel 58,5 M€ 0%
Activimmo 6,05% 6,05% 0% 0% Logistique 78,9 M€ 0%
Neo 6,00% 6,00% 0% 0% Bureaux & Hôtels 29,3 M€ 42%
Epargne Pierre 5,36% 5,36% 0% 0% Bureaux & Commerces 1 361 M€ 0%
Altixia Cadence 12 5,13% 5,13% 0% 0% Diversifiée 48,33 M€ 0%
Primopierre 5,04% 4,42% 0,62% 0% Bureaux 3 300 M€ 0%
Corum Origin 4,95% 4,77% 0,18% 0% Bureaux & Commerces 1 993 M€ 93%
Pierval Santé 4,95% 4,95% 0% 0% Santé 1 386 M€ 63%
Cristal Rente 4,84% 4,84% 0% 0% Activités 283 M€ 0%

 

Même si la SCPI Eurion gérée par Corum AM est très nettement en première position, nous pensons que ce taux de distribution ne sera probablement pas si élevé les années à venir. Rappelons qu'au lancement de la SCPI, l'objectif de rendement affiché par Corum était de 4,5%.

Pour en connaître les raisons, lire notre article sur Eurion, SCPI N°1 en 2020.

Pour la SCPI Activimmo, du fait de sa récente création et de l’impact du délai de jouissance cumulé avec la forte collecte 2020 et à venir, nous serons attentifs sur la capacité de la société de gestion Alderan à correctement acheter afin d’éviter la dilution du rendement.

Pour la SCPI Kyaneos Pierre, le gérant a convoqué une Assemblée Générale Extraordinaire pour limiter l’afflux de nouveaux capitaux et ainsi, gérer au mieux les achats de biens immobiliers, les travaux à mener et la gestion locative.

Les SCPI non commercialisées par Patrimea n’apparaissent pas dans ce tableau. Nous parlons principalement des SCPI à capital variable.
 

 

Quelle SCPI acheter en 2021 ?


Les effets de la crise sanitaire ont été finalement très diffus sur le taux distribué en 2020. Le rendement moyen des SCPI a été de l’ordre de +4,18%, en léger retrait par rapport à 2019.

Doit-on voir dans ce chiffre une certaine résilience du modèle des SCPI ? Certes, il ne faut pas occulter les difficultés des SCPI dans l'hôtellerie ou le tourisme (Atream Hôtels ou  Cap’Hebergimmo par exemple) ou les baisses de valeur de reconstitution de certaines SCPI de commerces. Cependant, d’autres secteurs ont tiré leur épingle du jeu comme la santé, le logement, la logistique ou même le bureau, pourtant malmené par l’effet “télétravail”.

La sélection de Patrimea pour 2020 porte sur :
 

  • Corum XL : même si absente dans le classement des meilleures SCPI en 2020, nous pensons qu’il s’agit d’une absence passagère. Son exposition sur le marché immobilier britannique va probablement être un pari gagnant en 2021 avec la hausse de la devise et le regain de l’économie de la grande ile.
     
  • Pierval Santé : tout début 2020 et avant la crise sanitaire, nous mettions en avant cette SCPI et l’importance d’investir dans cette classe d’actifs pour sa résilience. C’est encore plus le cas aujourd’hui avec un léger bémol sur la capacité de la société de gestion à bien acheter rapidement des biens immobiliers. Quid de la profondeur de marché à terme !
     
  • Epargne Pierre : une SCPI de fonds de portefeuille à conserver pour la stabilité de son rendement dans le temps. Point négatif pour la fiscalité des épargnants : aucun investissement à l’étranger.
     
  • Activimmo : parce que la logistique est une classe d’actifs à détenir dans un portefeuille de parts de SCPI. Notre recommandation est de ne pas dépasser 10 à 15% de l’investissement.
     
  • Kyaneos Pierre : vous voulez donner du sens à votre argent et investir dans l’immobilier durable ? La SCPI Kyaneos Pierre est là pour y répondre. Construire coûte très cher à la planète mais réhabiliter des logements est un acte écologique fort ! C’est le but premier de la société de gestion tant sur sa SCPI de rendement que sur ses SCPI Denormandie. Cerise sur le gâteau, le rendement est bien supérieur à une détention de biens en direct : 6% par an.
     
  • Sofidy Europe Invest : la toute nouvelle SCPI européenne de Sofidy, en cours de lancement. Certes, elle n’a pas d’historique mais l’expertise de la société de gestion depuis plusieurs années sur ses deux SCPI phares, Immorente et Efimmo, nous conforte dans l’idée de souscrire “en blanc”. Notons que le biais européen de Sofidy ne date pas d’hier tant sur les véhicules SCPI que sur l’OPCI Pierre Europe. La part de biens immobiliers à l’étranger sur la SCPI Efimmo représente 16% de l’actif, au 31/12/2020, soit 240 millions d’euros.
     
  • Neo, Interpierre Europe Centrale et PF Hospitalité Europe : miser sur la nouveauté ! Ces SCPI disposent d’un patrimoine essentiellement investi à l’international. Dans un environnement où les grosses SCPI sont dans une logique de taille avec des objectifs de collecte et de contraintes de temps pour investir les fonds, il est intéressant d’étudier des SCPI en marge de cette stratégie. Pour une diversification de son patrimoine ! Points importants, pas de frais de souscription sur la SCPI Neo et une expertise reconnue pour Perial, gérant de la SCPI PF Hospitalité Europe
     

 



SCPI : première acquisition pour Interpierre Europe Centrale

SCPI : première acquisition pour Interpierre Europe Centrale
2021-03-12 09:01:02

Il y a plusieurs mois maintenant, en septembre 2020, Paref Gestion annonçait le lancement d’une toute nouvelle SCPI : Interpierre Europe Centrale. Centrée sur l’international, elle propose aux épargnants de diversifier leur portefeuille via des actifs de bureaux et des locaux d’activité, situés en Europe centrale.

Profitant de l’activité économique et de la croissance polonaise, la SCPI Interpierre Europe Centrale vient de signer sa première acquisition à Varsovie. Un investissement à fort potentiel avec un rendement net de 8% à l’acquisition.

Une SCPI internationale résiliente

La stratégie mise en place

La SCPI Interpierre Europe Centrale souhaite profiter du dynamisme constant de l’Europe Centrale et, en particulier, de la Pologne. La situation y est très saine et résiliente, ce qui représente un parfait tremplin pour l’investissement à l’international.

Ces pays répondent à des envies d’investissements immobiliers performants, sur la durée. Ils bénéficient d’une situation géographique pertinente en plein cœur de l’Europe. Ils sont également dotés d'un ancrage industriel mais aussi d’une main d'œuvre qualifiée.

Dans le choix de ses acquisitions, la société de gestion Paref Gestion tient à sélectionner les actifs selon plusieurs critères :

  • la localisation
  • la qualité de l’immeuble
  • la bonne santé financière des locataires
  • la solidité du bail dans la durée
  • le rendement
     

Est-elle faite pour vous ?

Ouverte à la souscription en septembre 2020, la SCPI Interpierre Europe Centrale s’adresse à des particuliers et des professionnels souhaitant investir, de manière indirecte, une partie de leurs liquidités dans l’immobilier locatif. Une belle opportunité de diversification à l’étranger.

Au 31 décembre 2020, la SCPI Interpierre Europe Centrale affichait une capitalisation proche des 5 millions d’euros. 125 associés ont décidé de prendre part à cet investissement qualitatif et qui promet de beaux rendements.

Comme tout placement immobilier, il s’agit d’un investissement long terme dont la liquidité est limitée. Il existe un risque de perte en capital et les revenus ne sont pas garantis. Nous vous recommandons une durée de placement de 8 ans minimum. Nous attirons votre attention sur le fait que les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Avant tout investissement, vous devez vérifier qu’il est adapté à votre situation patrimoniale.

Une première acquisition prometteuse

La Pologne comme premier choix

La ville de Varsovie a été choisie, par la SCPI Interpierre Europe Centrale, pour être le point de départ de ses investissements. La Pologne a déjà séduit certaines SCPI à l’image de Corum XL qui avait acquis un local commercial en 2018. Aujourd’hui, elle consacre 26% de ses actifs à ce pays.

Le pays est très attrayant et est en phase de conquérir de plus en plus d’investisseurs. Il occupe la 10ème place dans l’économie européenne. Là-bas, l’économie est développée et le taux de croissance est l’un des plus hauts de l’Union européenne. La Pologne est également un carrefour intéressant, sa position géographique est un véritable atout.

La capitale n’a donc pas été choisie au hasard et le rendement attendu est parfaitement en phase avec les objectifs de la SCPI.

Un local d’activités stratégique

Le bien acquis est un local d’activités moderne, de plus de 2 500 m², qui a été construit en 2012 pour le locataire actuel. Il s’agit de MAN TRUCK & BUS, une entreprise internationale et reconnue du secteur de la maintenance de véhicules de transport en Europe.

Le bail est signé sur du long terme, plus de 12 ans, et l’actif est occupé à 100%. Le locataire est solide financièrement ce qui renforce la qualité et la stabilité de l’acquisition. Géographiquement, il dispose d’un accès direct à l’autoroute S8. Une situation stratégique puisqu’elle relie Varsovie au Nord-Est de la Pologne.

La SCPI Interpierre Europe Centrale poursuit sa stratégie d’investissement et reste cohérente avec cette acquisition proposant un rendement élevé et sécurisé de 8% nets de frais de gestion.

Quelques mots de la directrice Générale de Paref Gestion, Anne Schwartz :
 

« Nous nous réjouissons de cette première acquisition à Varsovie qui répond en tout point à la stratégie de la SCPI Interpierre Europe Centrale, notamment par la qualité de son locataire, son flux locatif long, sa destination. Nous poursuivons la construction du portefeuille avec des actifs de qualité, répondant à des exigences strictes et proposant des perspectives de rendements élevés. ».
 

Faut-il investir dans les SCPI hors de France en 2021 ?

La résistance face à la crise

Parmi les SCPI qui ont le moins subi la crise sanitaire, il y a évidemment celles dont les secteurs d’activité continuent de tourner, à l’image de la logistique, de la santé et du résidentiel.

Mais il y a également celles dont la diversification géographique permet de passer outre les restrictions sanitaires françaises, assez strictes. En Allemagne, au Pays-Bas, au Luxembourg, en Autriche ou encore dans les pays d’Europe de l’Est, les mesures prises sont plus légères ou écourtées.

L’attractivité fiscale de l’étranger

La résilience à la crise sanitaire n’est pas le seul point fort des SCPI européennes comme Interpierre Europe Centrale. De par leur exposition aux marchés immobiliers européens, les revenus générés par ces SCPI ne sont que marginalement imposables en France pour les associés.

Ces revenus, de source étrangère, font l'objet d'une fiscalité prélevée à la source avant versement des revenus. Si un frottement fiscal en France sera constaté, lors de votre déclaration d'impôt, vous serez toutefois exonéré de prélèvements sociaux au taux de 17,2%.

Des actifs à rendement élevé

L’autre avantage, et non des moindres pour les investisseurs : le rendement. En Europe centrale, les niveaux de rentabilité sont plus élevés que dans l’hexagone. La SCPI Interpierre Europe Centrale bénéficie d’une diversification géographique importante mais elle permet également, aux investisseurs, d’obtenir une meilleure rentabilité.

Ce rendement plus important peut provenir d’une prise de risque plus élevée. Cependant, dans un portefeuille immobilier, la diversification permet de réduire le risque global et peut venir compenser le risque plus conséquent d’un actif en particulier.



Assurance vie Luxembourg : taux et rendement 2020

Assurance vie Luxembourg : taux et rendement 2020
2021-03-05 16:44:23



En ce mois de février 2021, les assureurs luxembourgeois ont révélé les taux de rendement délivrés en 2020 par les fonds à capital garanti. Certains de ces fonds sont exprimés en devises différentes de l’euro. Chez certaines compagnies d’assurance vie, ils sont en dollars, en livres sterling ou encore en francs suisses.

Peu importe la devise, les résidents fiscaux français profitent d’une fiscalité avantageuse. L’assurance vie luxembourgeoise est un placement diversifié riche de supports variés tant en gestion libre qu’en gestion sous mandat. La gestion sous mandat se caractérise par plusieurs types de structures : FAS, FID et FIC.


Les rendements affichés des assurances vie sont bruts de frais de gestion et avant fiscalité. Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.
 

Patrimea Lux (Generali Luxembourg)


Fonds en euros
+1,60%


Le fonds en euros est accessible à hauteur de 60% maximum de l'allocation globale.


Generali Luxembourg applique pour l’année 2021 une politique de participation aux bénéfices différenciée, assise sur un taux de base, bonifié en fonction du taux moyen mensuel d’unités de compte du contrat.

Tranche de taux d'unités de compte pour un bonus sur le fonds en euros :
 

< 30%
0,00%
≥ 30% et < 40% 0,30%
≥ 40% et < 50%   0,40%
≥ 60% 0,60%


L’attribution de la participation aux bénéfices différenciée se fera :

  • à tout contrat investi dans le fonds euro, quel que soit la date de souscription
  • en fonction du taux moyen mensuel d’UC, avec un effet cliquet
  • au pro-rata mensuel de l’encours euro du contrat (conformément aux CG)
  • sous réserve que le contrat soit ouvert au 01/01/2022, et ce avec un encours d’au moins 1 000€ sur le fonds euro
     

Life Mobility Evolution (La Mondiale Europartner)


Fonds à capital garanti en € +1,65%
Fonds à capital garanti en $ +1,05%
Fonds à capital garanti en £ +1,05%
Fonds à capital garanti en CHF +0,30%
Fonds Eurocit'Lux
+1%


Selon la part en unités de compte dans le contrat, l'assureur augmente le taux de rendement du fonds en euros.



Quote part d'investissement en unités de compte
Taux de participation aux bénéfices bruts
≥ 60% +25% de PB brute
≥ 80% +50% de PB brute

Soge-Partners Personal Multisupports (Sogelife)


Fonds à capital garanti en € De +1,45% à +2,75%
Fonds à capital garanti en $ De +2% à +2,90%


 Nous continuons en 2021 d’accompagner nos clients et d’encourager la diversification en Unités de Compte par le maintien de notre offre bonus ci-dessous :

  • +0,35% sur 2021/2022 pour un minimum de 50% en unités de compte
  • +0,60% sur 2021/2022 pour un minimum de 60% en unités de compte
  • +0,75% sur 2021/2022 pour un minimum de 75% en unités de compte

 
Allianz Global Invest (Allianz)

Fonds à capital garanti en € +1,45%



SCPI internationales : Actualités du quatrième trimestre 2020

SCPI internationales : Actualités du quatrième trimestre 2020
2021-03-05 14:07:00







Patrimea vous présente le récapitulatif des acquisitions et des cessions de biens immobiliers des SCPI internationales pour le 4ème trimestre 2020.

La liste des SCPI internationales ci-dessous correspond aux SCPI commercialisées par Patrimea. Elle est sujette à évoluer dans le temps.

Patrimea reprend l'ensemble des informations fournies par les SCPI via leurs derniers bulletins trimestriels ou d'autres sources d'informations.

Grâce à cet article, vous pouvez suivre l’évolution du patrimoine immobilier et le positionnement stratégique des SCPI concernées. Cette évolution peut être un signal d'achat ou de vente de parts.


Récapitulatif des investissements et cessions au 4ème trimestre 2020

EURION  (CORUM)

Collecte : 37,94 M€

Montant des acquisitions : 40 M€

Lors du quatrième trimestre 2020, la SCPI a acquis trois nouveaux immeubles :

  • Un actif de bureaux situé dans le parc d'affaires de City West (10 km du centre-ville de Dublin). Le bien est loué à 68% par National Broadband Ireland, qui conçoit et exploite le réseau haut débit en fibre optique d’Irlande. Le reste est actuellement vacant. Cependant, il y a une garantie locative de 3 ans (montant des loyers, charges de services,des travaux d'aménagement) entièrement payée par le vendeur. Le rendement à l’acquisition est de 6,42% et la durée du bail restant à courir est de 10 ans.
  • Un actif en plein cœur du centre-ville de Riga, capitale de la Lettonie. L'immeuble a un usage mixte : des commerces au niveau rue et des bureaux aux étages. Il compte un seul locataire pour les bureaux, FKTK (Commission des marchés financiers et des capitaux). Et quatre autres petits locataires sur le commerce : un café, deux magasins de souvenirs et une supérette. Le rendement à l’acquisition est de 6,61%.
  • Un immeuble de bureaux, au nord-est de Milan desservi par l'un des axes routiers majeurs et par les transports publics. Il a été complètement rénové en 2019 et propose désormais des espaces de travail adaptés aux attentes actuelles, 86 places de parking ainsi qu'une terrasse au dernier étage de l'immeuble. Le locataire fait partie du groupe américain Johnson Controls, spécialisé dans les équipements pour automobiles et les systèmes de climatisation. Le rendement à l’acquisition est de 6,64% et la durée de bail restant à courir est de 7,8  ans.

Montant des cessions : aucun arbitrage n’a été effectué.

EUROVALYS (ADVENIS)

La SCPI diffuse dorénavant ses informations en bulletins semestriels, les informations suivantes correspondent donc au second semestre 2020.

Collecte : 85 M€

Montant des acquisitions : 176 M€

Ce semestre la SCPI a acquis différents biens :

  • Un immeuble de bureaux à Cologne (Allemagne), au sein du parc technologique. Le bâtiment d’une surface locative de 10 778 m² comprend 112 places de parking. Il est loué à 89 % par 8 locataires, dont les principaux sont NIB GmbH & Co. KG (réadaptation neurologique ambulatoire) et BilinGo GmbH (école primaire bilingue). Ces deux principaux locataires ont des baux de 10 ans avec une durée d’engagement ferme des baux de près de 8 années.
  • Un immeuble de bureaux à Stuttgart (Allemagne). L’actif possède une surface locative totale de 8 104 m² et comprend 190 parkings. L’immeuble a été rénové en 2002. Il est loué à plus de 99 % par deux locataires : Robert Bosch GmbH, multinationale allemande connue pour la fabrication d’outils électriques et Linde AG, groupe international allemand spécialisé dans les domaines du gaz et de l’ingénierie.
  • Un immeuble de bureaux proche de Francfort. L’ensemble, d’une surface locative totale de 10 931 m² et comprenant 164 parkings, a été construit en 2002 et est parfaitement entretenu. Il est loué à Stada Arzneimittel AG, un des leader mondial de l’industrie pharmaceutique. La société est cotée sur la bourse de Francfort et a son siège social dans l’immeuble. La durée d’engagement ferme restante du bail est de près de 11 ans.

Montant des cessions : aucune vente n'a été faite

CORUM XL (CORUM)

Collecte : 65,99 M€

Montant des acquisitions : 158 M€

La SCPI a acquis de nombreux actifs diversifiés sur ce dernier trimestre 2020. Parmis ces dernières, on retrouve:

  • Un actif industriel au Canada, situé dans la région du grand Montréal. La zone accueille de nombreuses entreprises du secteur de la logistique et de l’industrie car elle est facilement accessible depuis le reste du pays et des Etats-Unis. L’actif a été récemment rénové. Le locataire actuel est Endoceutics Pharma, pour une durée ferme de 20 ans. Le rendement à l’acquisition est de 6,85%.
  • Un actif de bureaux est situé à Guildford, ville de la conurbation du grand Londres. Situé à 5 minutes de la gare, il a été rénové en 2005 et en 2017. Il offre de nombreuses prestations appréciées comme une salle de sport et un toit terrasse. L’immeuble  est loué à deux entreprises : Electronic Arts, groupe mondial de gaming et le cabinet d’expertise comptable Smith & Williamson, qui est récemment devenu le troisième plus grand gestionnaire de fortune au Royaume-Uni. Le rendement à l’acquisition est de 6,92%.
  • Un autre actif de bureaux, situé à South Gyle, principale zone de bureaux de la banlieue d'Édimbourg, capitale de l'Écosse, située à 3 km de l'aéroport. Sa taille et son niveau de prestations élevé en font un type d'immeuble recherché dans la région. La banque HSBC est locataire depuis sa rénovation en 2015. Le loyer actuel payé par HSBC est inférieur à la valeur locative de marché et une future revue des loyers pourrait permettre d'augmenter potentiellement le rendement. Le rendement à l’acquisition est de 6,55%.
  • L’université de droit de Leeds, troisième plus grande ville du Royaume-Uni. Elle est l'un des organismes de formation juridique les plus anciens du Royaume-Uni et est utilisée comme un bureau d'entraînement pour de futurs avocats. Elle se situe au cœur du centre-ville, à proximité des transports et d’une populaire zone de loisirs et commerces. L'immeuble a été rénové en 2014, il se compose de bureaux répartis sur 2 266 m² et dispose d’un toit-terrasse avec vue sur la ville. Le rendement à l'acquisition est de 6,35%.
  • Un immeuble de bureaux situé à Cracovie, deuxième ville de Pologne. Il a été construit en 2017 et bénéficie d'une certification écologique. Parmi les locataires, se trouvent ARIMR (agence pour la modernisation de l'agriculture, désignée comme organisme payeur de l'Union européenne), BGK (banque nationale de développement), Intersnack (société allemande spécialisée dans le snacking salé). Le rendement à l’acquisition est de 7,17%.
     

 Montant des cessions  :aucune cession n'a été effectuée

CORUM ORIGIN (CORUM)

Collecte : 56,19M€

Montant des acquisitions : 57 M€

La SCPI a acquis quatre nouveaux actifs :

  • Un immeuble de commerce proche de la capitale Helsinki (Finlande). Ce bâtiment de 5 725 m² a été récemment conçu pour les besoins de ses deux locataires. Tokmanni, entreprise de vente au détail qui a réalisé un chiffre d'affaires de 944 millions d'euros en 2019. Puuilo, un discounter qui propose des produits de bricolage et jardinage, des pièces automobiles... L'entreprise compte près de 30 magasins en Finlande et a réalisé un chiffre d'affaires de 170 millions d'euros en 2019.  La durée moyenne des baux restant à courir est de 6,15 ans et le rendement à l’acquisition est de 7,27%.
  • Sept unités commerciales, situées à Waterford, la cinquième ville d'Irlande. L'ensemble immobilier a été construit en 2009 au sein de la zone d'activité de Musgrave Business Park. Le premier locataire depuis 2012 est le groupe Musgrave, grossiste et détaillant de produits alimentaires. Le second locataire depuis 2018 est The Range, un détaillant de produits de maison, jardin et loisirs comptant plus de 175 magasins au Royaume-Uni.  La durée de baux restants est de 9 ans et le rendement à l’acquisition est de 7,74%.
  • Un immeuble de bureaux est au cœur d'un parc d'affaires situé à Vilvoorde, ville limitrophe de Bruxelles. Il propose des plateaux spacieux et flexibles et dispose de 460 places de parking. Neuf locataires ont établi leurs bureaux dans l'immeuble : Oracle, (développeur américain de systèmes de gestion de données), Goodman (spécialisée dans la gestion d'entrepôts logistiques), Grant Thornton (groupe international d'audit et d'expertise comptable). Le rendement à l’acquisition est de 7,65%.
  • Un immeuble de bureau est situé à 20 minutes au sud du centre de Rome. Il est au cœur d'un important parc de bureaux, bien desservi par le réseau routier. L'immeuble d'environ 8 000 m² a été partiellement rénové en 2008 et dispose de 105 places de parking en sous-sol. Le locataire est Vodafone Italia : groupe de télécommunications mondial comptant 362 millions de clients. Le rendement à l’acquisition est de 7,77%.

 Montant des cessions :  aucune cession n'a été réalisée.

NOVAPIERRE ALLEMAGNE (PAREF)

Collecte : nulle - SCPI fermée à la souscription

Montant des acquisitions : aucune acquisition n’a été réalisée ce trimestre.

Paref Gestion se focalise sur la gestion long terme de sa SCPI afin de maintenir la performance locative et financière des actifs et valoriser le portefeuille dans son ensemble.

Montant des cessions :  aucune cession n’a été effectuée sur ce trimestre.

LF EUROPIMMO (LA FRANCAISE)

Collecte : 31 M€

Montant des acquisitions : 24,45 M€

Ce trimestre votre SCPI a participé à l'augmentation de capital de :

  • la SCI LF Germany Retail, ce qui a permis de financer l’acquisition d'un immeuble mixte dans l’un des quartiers les plus animés de Cologne (Allemagne). Il est occupé à 100 % par trois locataires, dont deux de renom : REWE, la 2e chaîne alimentaire en Allemagne et DM-Drogerie, la première chaîne de parapharmacies en Europe. Les bureaux sont occupés par Unicorn, un concept de coworking. À l'issue de cette augmentation de capital la SCPI détient 79,2 % du capital de la SCI LF Germany Retail.
  • la SCI LF Netherland Office, ce qui a permis de financer l’acquisition d’un immeuble à La Haye, aux Pays-Bas, dans un quartier qui attire de nombreuses entreprises internationales. L’immeuble offre des prestations de qualité, récemment rénové, il propose des grands plateaux lumineux d’environ 1 600 m². L’actif est loué intégralement à FMO (banque d’entreprenariat néerlandaise). À l'issue de cette augmentation de capital la SCPI détient 50 % du capital de la SCI LF Netherland Office.

Montant des cessions : aucune cession n’a été réalisée.
 

ELIALYS (ADVENIS)

La SCPI diffuse dorénavant ses informations en bulletins semestriels, les informations suivantes correspondent donc au second semestre 2020.

Collecte : 4,03 M€

Montant des acquisitions : 10,6 M€

Lors du quatrième trimestre 2020, la SCPI a acquis trois immeubles de bureaux dans l’aire métropolitaine de Barcelone. Les immeubles se situent dans le centre d’affaires « Citypark Business Park ».Ils développent une surface de 5 546 m² et disposent de 93 places de parkings.

L’occupation actuelle est de 100 %. Les immeubles sont loués à 25 sociétés et la durée moyenne restante des baux est de 5,1 ans. Le taux de rendement immobilier de la première année est de 6,98 %. Les sociétés locataires les plus représentatives sont, par exemple : Thermo Fisher (pharmaceutique), OHL (construction) et  Sauter Ibérica (secteur industriel).

Montant des cessions : aucune cession n’a été réalisée.
 

INTERPIERRE EUROPE CENTRALE (PAREF)

Cette SCPI a été lancée en Septembre 2020.

Collecte : 2,6 M€

Montant des acquisitions : en cours

Étant très récente, la SCPI n’a pas encore réalisé d’acquisition mais voici un aperçu des investissements qui sont en cours d’analyse. La SCPI a sécurisé 3 dossiers d’investissements :

  • Un local d’activités bâti en 2012 dont le locataire est une entreprise allemande et reconnue dans la maintenance de véhicules de transports en Europe. Il bénéficie par ailleurs d’un accès direct et stratégique à l’autoroute S8, qui relie Varsovie au Nord-Est de la Pologne. Avec une durée de bail de plus de 12 ans (occupation à 100%), cet actif propose un rendement élevé et sécurisé de 8%.
  • Un immeuble de bureaux et laboratoire livré en 2020 pour son locataire, un groupe d’analyse qualité et sécurité implanté dans plus de 100 pays. Il bénéficie d’une excellente accessibilité par la route et par train. Avec une durée résiduelle du bail de presque 10 ans (occupation à 100 %), cet actif propose un rendement sécurisé supérieur à 6 %.
  • Un immeuble de bureau historique, rénové entièrement en 2013. Il est loué à une entreprise technologique qui opère dans le domaine de la digitalisation. L’actif se situe dans une zone de qualité à proximité d’ambassades, cabinets d’avocats, société de conseils et universités. Avec une durée résiduelle de bail d’environ 5 ans (occupation à 100 %), cet actif offre un rendement sécurisé de 6 %.

Les acquisitions seront concentrées en Pologne, où au moins 50 % du portefeuille devra se situer selon les statuts de la SCPI. De plus, l’économie polonaise a été l’une des moins touchées par la crise Covid-19 en Europe en 2020.

Montant des cessions : aucune

NOVAPIERRE ALLEMAGNE 2 (PAREF)

Cette SCPI a été lancée en 2019 pour faire suite à la SCPI Novapierre Allemagne.

Collecte : 18,3 M€ - suspendue depuis le 18 décembre

La société de gestion a préféré suspendre temporairement la collecte, rencontrant des difficultés pour investir liées au contexte du Covid19.

Montant des acquisitions
: aucune acquisition n’a été réalisée.

Les équipes de Paref gestion travaillent activement afin d’investir la trésorerie disponible sur des actifs de qualité. Deux actifs sont en cours d’analyse :

  • Un centre commercial de proximité situé au cœur d’une ville affluente et limitrophe de Nuremberg (Allemagne). Il est ancré par une grande enseigne alimentaire, des drugstores et des enseignes de mode en ligne avec les besoins de la clientèle locale. Cet actif offre un taux d’occupation élevé.
  • Un centre commercial dans une ville thermale, à l’entrée d’un cœur de ville historique et touristique de la région de Thuringe. Le centre reste le point d’attraction principal de la ville pour les courses quotidiennes de la population locale. Il est dynamisé par une grande enseigne agroalimentaire allemande qui vient de prolonger son bail et investit un montant significatif dans des travaux visant à améliorer sa surface de vente.

 Montant des cessions :  aucune vente n'a été faite.

PF HOSPITALITE EUROPE (PERIAL)

La SCPI a été lancée en Octobre 2020.

Collecte : 25,97 M€

Montant des acquisitions : 17 M€

Sur cette période, PF Hospitalité Europe a acquis ses deux premiers actifs :

  • Un actif de santé situé aux Pays-Bas de 46 appartements, équipés pour personnes dépendantes et 14 studios de soins pour personnes âgées, soit une surface totale de 6000 m². Le locataire est Philadelphia Care, un exploitant local reconnu. La durée du bail ferme est de 15 ans.
  • Un hôtel à Barcelone en Espagne de 108 chambres, pour une surface totale de 3500 m². Le locataire est le groupe B&B hôtel et il est engagé pour une durée ferme de 15 ans.
     

Montant des cessions : aucune cession n’a été réalisée, la SCPI est en train de constituer son patrimoine immobilier.
 
*La collecte nette correspond à la collecte brute (total des parts souscrites) diminuée des retraits effectués.
 


SCPI spécialisées : Actualités du quatrième trimestre 2020

SCPI spécialisées : Actualités du quatrième trimestre 2020
2021-03-05 11:14:00


Patrimea vous présente le récapitulatif des acquisitions et des cessions de biens immobiliers des SCPI spécialisées pour le 4ème trimestre 2020.

La liste des SCPI spécialisées ci-dessous correspond aux SCPI commercialisées par Patrimea. Elle est sujette à évoluer dans le temps.

Patrimea reprend l'ensemble des informations fournies par les SCPI via leurs derniers bulletins trimestriels ou d'autres sources d'informations.

Grâce à cet article, vous pouvez suivre l’évolution du patrimoine immobilier et le positionnement stratégique des SCPI concernées. Cette évolution peut être un signal d'achat ou de vente de parts.


Récapitulatif des investissements et cessions au 4ème trimestre 2020

PIERVAL SANTE  (EURYALE)

Collecte nette : 194 M€

Montant des acquisitions : 171 M€

On compte au total 11 acquisitions. Cet important programme d’investissement s’est concentré notamment sur des actifs liés à l’hébergement de personnes âgées en Europe avec :

  • Pays-Bas : acquisition d’un établissement d’hébergement de personnes handicapées et d’un EPHAD de 216 lits, tous deux avec des baux fermes de 15 ans.
  • Espagne : acquisition d’uune résidence de services seniors de 95 appartements, avec un bail de 25 ans ferme.
  • Irlande : livraison d’un EHPAD de 58 lits, qui avait été acquis en 2018 pour un bail ferme de 25 ans.
  • Et la consolidation de sa présence en France : achat de 5 EHPAD sur le territoire national, tous avec une durée de bail ferme de 12 ans.


Montant des cessions :
aucun arbitrage n’a été effectué.

ACTIVIMMO (ALDERAN)

Collecte nette : 37 M€

Montant des acquisitions : 21,4 M€

Grâce à une importante collecte au quatrième trimestre, la SCPI a acquis treize nouveaux immeubles :

  • Un parc d’activités situé au sein du bassin économique de Marne-la-Vallée à proximité de l’autoroute A4. L’immeuble en construction sera livré en janvier 2022. Il développera 5 470 m2 et vise une certification environnementale E+C-, c’est-à-dire un objectif ambitieux d’efficacité en énergie (E+) et de bas carbone (C-). Alderan a négocié une garantie locative de 14 mois à compter de la livraison du bâtiment, ce qui permettra de le commercialiser sereinement.
  • Un portefeuille de 11 bâtiments d’activité, entièrement loués au groupe La Poste, répartis pour moitié en Ile de France et pour l’autre moitié en régions. Ces immeubles ont été construits au cours des années 2000 et sont parfaitement entretenus. L’ensemble représente une surface locative totale d’environ 13 600 m2 avec une taille unitaire oscillant entre 500 et 2 800 m2.
  • Un bâtiment d’activité et d’entreposage à Trappe, dans les Yvelines. Il est desservi par la N10 et l’A12. Il est entièrement loué à deux locataires. Il développe une surface de 5 500 m2.



Montant des cessions
: aucune vente n'a été faite

KYANEOS PIERRE (KYANEOS)

Collecte nette : 18,23 M€

Montant des acquisitions : 19,6 M€

La SCPI a fait plus de 23 acquisitions sur cette période, dont une grande majorité en régions.
Les lots acquis correspondent le plus souvent à des appartements de petite taille (studios ou T2) qui sont faciles à louer. Des travaux sont à prévoir dans la plupart des biens d’habitations, de façon à avoir une note qualité entre 8 et 10/10.
Parmi ces acquisitions, on retrouve :

  • Un actif à Montélimar (26), qui comprend 3 appartements et un parking. Le rendement brut prévisionnel s’élève à 6,7%. Aucuns travaux ne sont prévus sur ces appartements.
  • Trois actifs à Béziers (34), ce qui correspond à 31 appartements au total. Des travaux de  rénovation sont à prévoir, pour un montant total de 380 000€. Ces travaux permettront de faire passer la note qualité de 3 à plus de 8 sur une échelle de 10. Le rendement brut se situe en moyenne à 6,8%.
  • Un actif à Roussillon (38), qui comprend 7 appartements au total ainsi que 12 places de parking. Un budget de 40 000 € est prévu pour des travaux, ce qui fera passer sa note de 7 à 10 sur une échelle de 10. Le rendement brut prévisionnel est de 7,3%.
     

Montant des cessions  :aucune cession n'a été effectuée

PRIMOVIE (PRIMONIAL)

Collecte nette : 164 M€

Montant des acquisitions : 57,21 M€

On retrouve trois nouveaux biens au sein du patrimoine de Primovie :

  • Un établissement pour seniors en Allemagne de plus de 4000 m²,
  • 3 résidences de services, acquises en VEFA (vente en l’état futur d’acquisition), dans le sud de la France. La livraison est prévue pour fin 2022,
  • Une résidence de services acquise en VEFA à Angers. La livraison est prévue pour le troisième trimestre 2023.
     


Montant des cessions
:  31,13 M€.

La SCPI a cédé deux actifs ce trimestre, qu'elle possédait depuis plus de 7 ans, dont un à Lyon et un à Paris.

NEO (NOVAXIA)

Collecte nette : 4,42 M€

Montant des acquisitions : 8,4 M€

Ce trimestre, la SCPI Neo a acquis un nouveau bien, à Madrid (Espagne), à proximité des autoroutes M30 et M40. Cet immeuble à usage de bureaux, a fait l’objet d’importants travaux de restructuration et de rénovation. Il bénéficie d’une garantie décennale, ce qui est rare en Espagne. Le taux d’occupation financier est de 100 % et la durée moyenne des baux restant à courir est de 7 ans. Le locataire est le leader espagnol des services de call center et de stratégie en marketing. Le rendement à l’acquisition s’élève à 8 %.

Montant des cessions :  aucune cession n’a été effectuée sur ce trimestre.

CRISTAL RENTE (AESTIAM)

La SCPI diffuse dorénavant ses informations en bulletins semestriels, les informations suivantes correspondent donc au second semestre 2020.

Collecte nette : 25,85 M€

Montant des acquisitions : 115,7 M€

Cristal Rente a procédé à l’acquisition de 19 actifs ce semestre. On compte :

  • 14 actifs de commerces alimentaires, occupés par Casino, Carrefour, Intermarché ou encore Monoprix, dont la plupart sont situés en Ile de France.
  • 5 jardineries : toutes occupées par l’enseigne Jardiland, connue du grand public.


Montant des cessions :
N/C
 

INTERPIERRE (PAREF)

Collecte nette : 6,26 M€

Montant des acquisitions : 22 M€

La SCPI a acquis un récent immeuble de bureaux situé dans le 10e arrondissement de Marseille. Avec une durée résiduelle de bail supérieure à 6 ans et un taux d’occupation de 94 % par des locataires de premier ordre, cet actif affiche un taux de rendement interne de 6,50 %.


Montant des cessions :
2,5 M€

Au cours du 4e trimestre, il y a eu la vente d’un local d’activité situé à Seclin (59), représentant 3 300 m² pour un total de 2 459 800 €.
 

ATREAM HOTELS (ATREAM)

Collecte nette : 0,71 M€

Montant des acquisitions : 29,8 M€

La SCPI  a acquis deux nouveaux actifs :

  • La résidence Néméa située au cœur de Levallois-Perret. Cette résidence hôtelière de 42 appartements bénéficie d’un emplacement privilégié dans un immeuble restructuré, proche de nombreux bureaux et des transports en commun. L’actif est géré par le Groupe Néméa, preneur de premier rang bénéficiant d’une renommée nationale auprès d’une clientèle domestique affaires et loisirs.
  • Le village vacances, Domaine de Mousquety, à l'Ile-Sur-La-Sorgue. Ce site, de 14 hectares très bien situé, est exploité par le groupe Belambra, l’un des leaders français des villages vacances. Son offre d’hébergements et de services « haut de gamme » vise une clientèle familiale et permet également d’accueillir des événements professionnels. Le programme de rénovation en cours de finalisation permettra la création de nouveaux logements.


Montant des cessions :
aucune vente n'a été réalisée

NOVAPIERRE RESIDENTIEL (PAREF)

Collecte : nulle - parts en attente de retrait

Montant des acquisitions
: 25,2 M€

La SCPI a réalisé plusieurs investissements sur cette période, dont :

  • 3 appartements d’environ 100 m² chacun, qui se situent au coeur de Paris (5eme et 9eme arrondissements),
  • Un lot de 10 logements, dans le 7eme arrondissement de Paris, ce qui représente plus de 470 m².
  • Une acquisition en VEFA (Vente en l’état futur d’achèvement), un immeuble qui se divise en 47 logements et qui se situe dans le 18eme arrondissement de Paris.

 
Montant des cessions :  0,909 M€

Au cours du 4e trimestre, il y a eu 5 ventes d’appartements représentant 192 m² pour un total de 909 700€. De plus, des promesses ont été signées pour la cession de 5 appartements représentant 339 m² pour un total de 4 210 300€.
 

PATRIMMO CROISSANCE (PRIMONIAL)

Collecte : 2,6 M€

Montant des acquisitions : 1,02 M€

La SCPI Patrimmo Croissance a acquis 5 000 parts de la SCPI Primovie pour un montant de 1 015 000 €.

Montant des cessions : aucune cession n’a été effectuée sur cette période

PRIMOFAMILY (PRIMONIAL)

Collecte nette : 11,97 M€.

Montant des acquisitions : aucune acquisition n'a été faite

Montant des cessions :  aucune cession n'a été effectuée

AESTIAM CAP'HEBERGIMMO (AESTIAM)

La SCPI diffuse dorénavant ses informations en bulletins semestriels, les informations suivantes correspondent donc au second semestre 2020.
 

Collecte nette : nulle - parts en attente de retrait

Montant des acquisitions : N/C

Montant des cessions :  N/C

*La collecte nette correspond à la collecte brute (total des parts souscrites) diminuée des retraits effectués.

 

❌