Toute l'actualite de la finance et de la gestion du patrimoine en France

❌
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierhttp://globalix.fr/rss.xml

Le Brexit est passé mais le Covid continue : quelle est la prochaine étape pour le Royaume-Uni ?

Par admin

par Mike Riddell, Head of Macro Unconstrained, et Simon Gergel, CIO UK Equity chez Allianz Global Investors

Le marché britannique est en disgrâce depuis un certain temps déjà. L'accord entre le Royaume-Uni et l'UE constitue une étape essentielle pour rendre le Royaume-Uni de nouveau "investissable", mais plusieurs autres facteurs - notamment la pandémie actuelle de Covid-19 - continueront de peser.

Les marchés des capitaux britanniques sont sous-évalués depuis un certain temps et, bien que l'accord entre le Royaume-Uni et l'UE marque le début d’un retour en grâce, l'aggravation de la situation du Covid-19 et le nouveau confinement national continueront à déprimer les marchés britanniques.

Politiques: 

La crise sanitaire : un catalyseur, un prétexte et des opportunités

Par admin

par Christophe Morel, Chef économiste chez Groupama AM

La crise sanitaire est le catalyseur d’une récession qui serait de toute façon survenue. L’ajustement de la production et des stocks a été si violent que le besoin de rattrapage est très important suggérant désormais un « élastique » conjoncturel positif, sans doute sous-estimé. A plus long terme, cette crise est une opportunité historique d’affronter toutes les transitions (environnementale et énergétique, numérique et démographique) et de les accompagner socialement pour ne pas accentuer davantage les inégalités.

Politiques: 

Après la tempête

Par admin

par Emmanuel Auboyneau, Gérant associé chez Amplegest

Cette année 2020 sera analysée dans le futur comme l’une des plus atypiques et des plus mouvementées de l’ère contemporaine.

Les voyants étaient au vert en début d’année avant l’arrivée d’un cygne noir en février sous forme de crise sanitaire mondiale provoquant une récession brutale et un krach financier. Une reprise rapide, concentrée sur certains secteurs, et enfin l’arrivée d’un vaccin en novembre furent les autres faits marquants de l’année. Tout ça en quelques mois… Il était vraiment nécessaire de garder ses nerfs et d’éviter une vision trop courte… Le grand vainqueur de ces douze derniers mois est sans conteste la Chine qui a retrouvé une croissance supérieure à celle d’avant la pandémie, suivie des Etats-Unis dont la résilience est surprenante, alors que l’Europe est pour le moment la principale victime de cette séquence.

Politiques: 

Entre vaccins et innovations médicales : quelles sont les grandes tendances disruptives de l'industrie pharmaceutique ?

Par admin

par George Saffaye, Stratégiste Global Investment chez Mellon, boutique de BNY Mellon Investment Management

Les vaccins en développement contre le COVID vont-ils révolutionner l'industrie pharmaceutique ? Les vaccins contre le COVID arrivent. S'ils seront extrêmement utiles dans la lutte contre la pandémie, leur impact sur l'industrie pharmaceutique risque d'être moins enthousiasmant. Plus de 200 vaccins sont en cours de développement ; certains seront annoncés au cours des premier et deuxième trimestres de 2021, mais beaucoup d'autres seront lancés au cours des 18 prochains mois. La concurrence créera une pression sur les prix, de sorte que le coût payé par les gouvernements va diminuer.

Dans le même temps, le coût des intrants ne va pas diminuer de manière significative, ce qui réduira la marge bénéficiaire des fabricants. Du point de vue des investisseurs, le véritable rendement viendra d'ailleurs.

Innovation & Environnement: 

Recyclage : investir dans des normes européennes de plus en plus strictes

Par admin

par Monika Kumar, Gérante, et Quentin Stevenart, Analyste ESG chez Candriam

A l'heure où l'Union européenne (UE) durcit le ton en matière de recyclage, les investisseurs peuvent espérer de nouvelles opportunités dans la course à la transition vers une économie circulaire

L’Europe s’apprête à se diriger à plein régime vers l’économie circulaire. L’UE espère que celle-ci permettra non seulement de réduire les émissions de carbone mais également de renforcer la compétitivité mondiale, de favoriser une croissance économique durable et de créer de nouveaux emplois. Le recyclage est important pour « boucler la boucle », c'est-à-dire pour créer une économie circulaire en récupérant le plus de ressources possibles. Les investisseurs auront un rôle important à jouer pour rendre cette transition réalisable.

Innovation & Environnement: 

Le problème de la dette publique

Par admin

par Philippe Waechter, Chef économiste chez Ostrum AM

Face à la pandémie, l’ajustement macroéconomique via la progression rapide de la dette publique est justifié. La gestion de celle-ci est facilitée par l’intervention massive des banques centrales. Les taux d’intérêt bas rendent cette dette soutenable dans la durée. Cependant, cette configuration ne peut être tenable dans le temps et l’encours élevé de la dette publique sera un frein à la politique conjoncturelle. Au-delà des précautions habituelles, l’effacement de la dette ne paraît pas applicable en zone Euro. Seul un taux d’inflation plus fort permettrait de redonner des marges de manœuvres aux gouvernements et serait une aubaine pour les banques centrales qui pourraient enfin remonter leurs taux d’intérêt.

Politiques: 

Le plan de relance américain étaye la reprise, les Démocrates promettent des mesures supplémentaires

Par admin

par Stéphane Monier, Directeur des Investissements chez Lombard Odier

Le Congrès américain soutient le plan de relance pandémique avec des aides supplémentaires aux chômeurs et aux petites entreprises

Les mesures de soutien mises en œuvre par la plus grande économie du monde sont les plus élevées au monde en pourcentage du PIB

Nous tablons sur une plus grande coordination entre les politiques fiscale et monétaire l'année prochaine

Les prix des actifs financiers reflètent en grande partie le nouveau plan de relance. L'évolution des marchés sera désormais tributaire de l'équilibre entre le déploiement des vaccins et les restrictions à l'activité économique.

Politiques: 

2021 : du confinement à la reprise

Par admin

par Knut Hellandsvik, Directeur de la gestion actions chez DNB Asset Management

L’année 2020 restera sans nul doute marquée d'une pierre blanche dans l'histoire des marchés. En tant qu'investisseurs, jetons un regard rétrospectif sur une année qui a occasionné l’une des plus fortes baisses des marchés, mais aussi l’un des rebonds les plus rapides.

Nous avons aussi connu l'une des plus grandes polarisations jamais vue entre gagnants et perdants. Cela tient au fait que certains secteurs économiques ont été mis à l’arrêt tandis que d’autres ont concomitamment prospéré. Sans trop s’attarder sur le passé, il importe aussi de l’occulter totalement afin de mieux appréhender ce qui nous attend en 2021. Nous avons une perspective positive sur les marchés d’actions pour l’année prochaine, pour plusieurs raisons :

Marchés Financiers: 

La récente rotation des marchés asiatiques va-t-elle se poursuivre en 2021 ?

Par admin

par Toby Hudson, Responsable des investissements actions Asie ex-Japon chez Schroders

Un marché moins polarisé ; un plus grand nombre de secteurs et d’entreprises devraient impulser la tendance. L’essor du e-commerce et de la technologie est voué à se poursuivre. La Chine reste le marché le plus intéressant de la région.

Comme ailleurs dans le monde, nous avons récemment observé un redressement des marchés en Asie suite aux bonnes nouvelles sur les vaccins. Les secteurs classés parmi les « perdants du confinement » comme le voyage, les loisirs, les valeurs financières et l’énergie, ont enregistré le rebond le plus prononcé. Dans le même temps, les « gagnants du confinement » ont perdu du terrain et ont sous-performé à l’occasion du rebond.

Cette rotation des marchés a constitué un phénomène mondial. Mais va-t-il durer ? Rien n'est moins sûr.

Marchés Financiers: 

Les récits du bilan économique de l’année 2020

Par admin

par William De Vijlder, Group Chief Economist chez BNP Paribas

Les récits – ces histoires relatant des événements – pourraient influencer les comportements futurs. Dans quelques années, plusieurs d’entre eux pourraient très bien venir illustrer le bilan économique de 2020 : des chocs importants et imprévus peuvent se produire ; l’approche du « tout ce qui est nécessaire » prévaut en matière de politique monétaire, et s’étend désormais à la sphère budgétaire ; la préférence, en matière d’investissements financiers, pour l’achat d’actifs risqués plutôt qu’une sortie du marché ; la nouvelle démonstration faite pas l’Union européenne, avec son pro- gramme « Next Generation EU », de sa capacité à accomplir de grandes avancées sous la pression ; la priorité donnée au développement durable. Certains de ces récits nous rassurent tandis que d’autres ont valeur d’avertissement.

Mondialisation: 

La balance des risques de la Fed est désormais "équilibrée"

Par admin

par Christophe Morel, Chef économiste chez Groupama AM

1 - A l’issue du FOMC, la Fed a maintenu sa politique d’achat d’actifs inchangée contrairement à notre anticipation d’un allongement de la duration. Deux arguments semblent justifier cette décision : d’une part, les banquiers centraux américains ont révisé à la hausse leur perspective sur la croissance (désormais, la Fed est en ligne avec notre scénario sur 2020 et légèrement en-dessous pour 2021) ; d’autre part, les annonces sur les vaccins les ont conduit à réviser la balance des risques sur la croissance qui est passée du statut « à la baisse » à celui « d’équilibrée » (les annexes sur les prévisions comportent désormais des graphiques sur l’appréciation par les banquiers centraux des incertitudes et de la balance des risques).

Politiques: 

Perspectives 2021

Par admin

par Didier Saint-Georges, Membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac

Comparé à cette année, 2021 s’annonce, grâce au déploiement des vaccins, comme une année de retour progressif à la normale, une sorte de « reconvergence vers la moyenne » pour l’activité économique. Et comme au même moment, on observe des taux d’épargne très élevés, qui devrait soutenir la demande au moins dans un premier temps, des soutiens budgétaires considérables, et des banques centrales qui nous confirment qu’elles vont rester très accommodantes, il est naturel d’en conclure qu’en dépit de la nouvelle vague de Covid, les marchés devraient bien se comporter, en particulier les actifs sensibles au cycle économique comme le crédit, les marchés émergents et les actions des secteurs cycliques.

Marchés Financiers: 

Bilan 2020 et Perspectives 2021

Par admin

par Nadège Dufossé, Responsable de l'allocation d'actifs et de la stratégie cross asset, et Stefan Keller, Stratégiste allocation d’actifs chez Candriam

1. Nous nous attendons à ce que le déploiement des vaccins, associé à un soutien politique, accélère la croissance économique au-delà du rattrapage mécanique consécutif à la reprise après le confinement débuté en mars 2020.

Marchés Financiers: 

Que retenir de cette année 2020 si particulière et quelles perspectives pour 2021 ?

Par admin

par Jean-Marie Mercadal, Directeur Général Délégué en charge des gestions chez OFI AM

Cette très longue et pénible année 2020 s’achève comme elle avait commencé : les marchés sont optimistes ! Entre temps, nous aurons vécu la pire récession de l’après-guerre, l’un des krachs boursiers le plus rapide et violent de l’histoire, suivi par un puissant rebond. Cette année restera donc dans la mémoire des investisseurs, mais pas seulement : les populations et les modes de vie ont été sérieusement bousculés, ce qui aura des conséquences à moyen et long terme.

Marchés Financiers: 

Japon : le nouveau plan de relance sera insuffisant pour permettre une reprise franche et durable

Par admin

par Thuy Vân Pham, Économiste Marchés émergents chez Groupama AM

Au Japon, le gouvernement de Yoshihide Suga a dévoilé le 8 décembre 2020 un nouveau programme de soutien à l’activité économique. Celui-ci s’élève à 73,6 trillions de yens (14 % du PIB). Il s’agit d’un quatrième plan de relance mis en place cette année dans l’archipel, les trois précédents ayant été lancés par Shinzo Abe pour un montant total de 120 trillions de yens (22,5 % du PIB).

Selon le Cabinet Office, le nouveau plan de relance inclut des programmes de prêts et garanties (33,6 trillions de yens) et des dépenses directes des gouvernement central et locaux (40 trillions de yens, cf. tableau ci-dessous). Ces dernières intègrent notamment des mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 et des dispositifs en faveur des changements structurels pour une « nouvelle économie » tels que :

Mondialisation: 

2021 : le début de l’ère du « free lunch » ?

Par admin

par Florent Delorme, Stratégiste chez M&G Investments

La contraction du PIB mondial en 2020 est historique. En Europe comme aux USA les niveaux d’activité qui prévalaient avant la crise ne seront probablement retrouvés que fin 2021 voire début 2022, sachant que la croissance potentielle sera durablement affectée par la baisse prévisible de l’investissement des entreprises, et ce même en intégrant l’ampleur des plans de relance. Pour l’heure cette situation économique hors norme ne s’est pas traduite par des faillites en série, des plans sociaux, une très forte hausse du chômage et par voie de conséquence une crise sociale de grande ampleur. On ne peut que se réjouir de cette situation où les revenus des ménages ont été pour l’essentiel préservés malgré la violence du choc économique.

Marchés Financiers: 

Quel est l'impact de la pandémie sur les droits de l'homme ?

Par admin

par Andrew Parry, Responsable de l'investissement durable chez Newton Investment Management

La Journée des droits de l'homme marque l'anniversaire de l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH) par l'Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948. Ce document proclame les droits inaliénables auxquels toute personne peut prétendre en tant qu'être humain - indépendamment de sa race, de sa couleur, de sa religion, de son sexe, de sa langue, de ses opinions politiques ou autres, de son origine nationale ou sociale, de sa fortune, de sa naissance ou de toute autre situation.

La pandémie accélère un certain nombre de tendances mondiales qui présentent à la fois des défis et des opportunités pour les droits de l'homme.

Politiques: 

Le commerce en temps de Covid-19

Par admin

par Michala Marcussen, Chef Economiste Groupe et Directrice des Etudes économiques et sectorielles chez Société Générale

Le commerce mondial a continué à se redresser, même si les volumes sont encore bien inférieurs aux niveaux d'avant la crise et les perspectives restent incertaines, car plusieurs grands pays ont pris de nouvelles mesures de distanciation sociale pour maîtriser la propagation de la Covid19. Au-delà de l'impact direct de la pandémie, les nouvelles mesures politiques sur le commerce et la manière dont les entreprises vont considérer leurs chaînes d'approvisionnement seront probablement les principaux moteurs du commerce mondial à long terme.

Mondialisation: 

La Chine relève ses ambitions économiques

Par admin

par Stéphane Monier, Directeur des investissements chez Lombard Odier

2021 assistera à un nouveau changement dans les relations entre la Chine et le reste du monde. La deuxième économie de la planète se profile avec un objectif zéro carbone en 2060 et ambitionne de doubler la taille de son économie d'ici quinze ans. Ces changements modifieront les choix et les opportunités qui s'offrent aux investisseurs.

Mondialisation: 

Brésil : une singulière histoire de rating ou "Je t'aime, moi non plus"

Par admin

par Catherine Lebougre, Economiste au Crédit Agricole

L’histoire du rating brésilien est marquée par un début chaotique, une longue succession de mouvements à la hausse, puis à la baisse durant près de dix ans. Débute ensuite, fin 2004, une série d’upgradesininterrompue jusqu’à trouver le Saint Graal (l’investment grade en 2008-2009), puis le perdre (fin 2015-début 2016) et amorcer une grande descente.

Les agences s’accordent, sans surprise, sur les facteurs de résistance : économie vaste et diversifiée, revenu par habitant élevé par rapport à ses pairs, marché intérieur profond pour la dette publique, politique monétaire proactive, taux de change flottant, déséquilibres et dette extérieurs modérés, réserves de change importantes.

Mondialisation: 
❌